Vélos en libre-service : JC Decaux empoche un super-contrat à Nantes

24 MILLIONS €
JC Decaux a décroché un contrat de 24 millions d'euros avec la ville
de Nantes.

Le groupe JCDecaux, qui gérait déjà Bicloo, le service de location de vélos en libre service à Nantes, a remporté un nouvel appel d'offres et lancera à la rentrée un service élargi à l'ensemble de la métropole de Nantes.

Un contrat de 24 millions d'euros pour JC Decaux afin d'unifier les services de location de vélos

JC Decaux semble s'être vite remis de sa déception parisienne. En effet, après la perte du service Vélib', l'opérateur a remporté à Nantes un appel d'offres visant à unifier les services de location de vélos de la ville, selon les informations des Échos. En effet, ce contrat de 24 millions qui s'étale sur 7 ans, avec un renouvellement possible de 3 ans, réunit le développement du parc de Bicloo (les Vélib' nantais, déjà gérés par JC Decaux), mais aussi le lancement d'un service de location de longue durée

Si ce nouveau vélo en libre-service, baptisé « Bicloo plus », a été présenté à la presse ce jeudi 28 juin 2018, le grand public pourra, lui, le découvrir à la mi-août.  Et il n'y a pas de grandes nouveautés : les couleurs notamment n’ont pas changé. Fabriquée à Saint-Etienne, cette bicyclette souffre toujours de son poids global qui reste important (22 kg) mais a tout de même diminué (2,3 kg en moins). 

D'autres vélos à louer au mois ou à l'année

JC Decaux va enrichir l'offre existante : le nombre de vélos en libre-service va ainsi passer de 880 à 1.230. Vingt nouvelles stations vont également s'ajouter aux 103 précédentes. Leurs emplacements ne sont pas encore définis. En outre, le vélo en libre-service « Bicloo plus » sera accompagné par des vélos à louer au mois ou à l’année, dès septembre 2018. Baptisés « Mon Bicloo », ils se déclineront en sept modèles, notamment à assistance électrique et cargo. Au total de 2.000 engins seront disponibles à la location d’ici à 2020, et 1.000 le seront dès la rentrée de septembre 2018.

Nantes devient donc une ville test. Et après l'échec parisien, Jean-Charles Decaux, président du groupe éponyme, a fait part de sa fierté au quotidien économique en évoquant : « une première nationale voire internationale ». Reste à Nantes à s'adapter à cette nouvelle offre en proposant davantage de pistes cyclables. Elle pourra s'appuyer pour ce faire sur son Plan Vélo qui devrait mobiliser 50 millions d'euros entre 2015 et 2020. L'objectif est de porter la part modale du vélo de 2 à 12 % d'ici 2030.


A découvrir