José Mujica : le président uruguayen adulé du peuple qui intrigue les médias

José Mujica est l'atypique président de l'Uruguay, petit pays
d'Amérique du Sud dont le PIB est de 49 milliards de dollars.

José Mujica, captive les médias et l'opinion internationale. Sous les feux des projecteurs depuis sa réforme de légalisation de la marijuana, le président uruguayen, qui fascine pour son franc parler et ses discours philosophiques, ne cesse de gagner en popularité.

 

On le surnomme « Pepe Mujica ». Chef d'Etat iconoclaste, l'homme moustachu est à la tête d'un petit pays de trois millions d'habitants. Etat pionnier en Amérique latine, l'Uruguay est l'un des premiers pays a avoir légalisé le divorce et avoir accordé le droit de vote des femmes. Elu à la tête du pays en 2010, José Mujica a depuis légalisé le mariage homosexuel, en 2012, et dépénalisé l'avortement. Alors que la drogue et les cartels sont les fléaux du continent sud-américain, le président de gauche fait désormais de la légalisation de la culture, de la vente et de la consommation de cannabis, son cheval de bataille.

Prisonnier sous la dictature militaire

 

Issu d'une modeste famille paysanne, cet ex-guérillero Tupamaros - mouvement politique uruguayen d'extrême gauche –  a passé quinze ans sous les barreaux pendant la dictature. Détenu dans de terribles conditions, il sera torturé, blessé par balles, et passera même deux ans au fond d'un puits. Au retour de la démocratie en 1985, il est amnestié et se lance dans la politique. Il fonde le Mouvement de participation populaire (MPP), dont il prend la direction. En 1994, il est élu député, et devient quatre ans plus tard, sénateur. En 2004, il est nommé ministre de l'agriculture du gouvernement du Frente Amplio (gauche), avant d'être élu président, cinq ans plus tard, avec plus de 52 % des voix.

Un président atypique

 

José Mujica ne porte jamais de cravate. Plutôt que d'habiter dans le palais présidentiel à Montevideo, il préfère rester à La Puebla, une ferme située dans la banlieue rurale où il vit avec son épouse, la sénatrice Lucia Topolansky, elle aussi ancienne militante des Tupamaros. Décrit comme « le président le plus pauvre du monde » dans un article paru dans le journal El Mundo, et comme le « Vrai président normal » récemment en Une de Courrier International, le président atypique reverse 90% de son salaire à différentes ONG.  Sa seule richesse : une vieille Coccinelle bleue acquise en 1987.

 

« J'ai dû vivre pendant dix ans dans des conditions extrêmes, et quand la nuit j'avais un matelas pour dormir c'était comme avoir gagné à la loterie. Alors j'ai appris à dormir avec rien. Je ne fais pas l'apologie de la pauvreté, l'apologie d'une vie avec seulement ce qui est nécessaire » explique-t-il à France TV.

Un chef d'Etat philosophe en cohérence sa politique

 

Connu pour sa franchise, José Mujica en a surpris plus d'un avec ses discours poétiques, notamment lors de la conférence Rio+20 en 2012, lorsqu'il déclarait que « les vieux penseurs – Epicure, Sénèque et même les Aymaras – définissaient le pauvre non pas comme celui qui a peu, mais comme celui qui a une infinité de besoins et désire toujours plus que ce qu'il a ».

 

Plus récemment, à la session plénière de la Communauté d'États latino-américains et caraïbes, José Mujica a surpris l'assemblée avec son allocution empreinte de lyrisme: « Je viens du Sud, du carrefour de l'Atlantique et du Rio de la Plata » a-t-il déclaré avant de s'attaquer à la société consumériste : « Si l'humanité entière aspirait à vivre comme un Américain moyen, nous aurions besoin de trois planètes » rapporte Courrier International. 

 

Dans son discours, largement relayé sur les réseaux sociaux, ce président, décidément pas comme les autres, a également dénoncé une « civilisation contre la simplicité, contre la sobriété, contre tous les cycles naturels, et, ce qui est pire, une civilisation contre la liberté de disposer du temps de vivre les relations humaines, l'amour, l'amitié, l'aventure, la solidarité, la famille ». Des paroles qui tranchent, en accord avec sa politique.

 

Plus d'articles sur JOL Press


A découvrir

JOL Press

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde".

Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l'information, qu'elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.