Ceci n'est pas un krach, par Bruno Le Maire, hahahahahahaha !!

4,15 %
Jeudi 8 février 2018 Wall Street a chuté de 4,15%

Ma femme vous le dirait, j’ai un grand sens de l’humour (noir), de l’autodérision et j’aime beaucoup, beaucoup rire et rire de tout (mais pas avec tout le monde).

Est-ce que vous avez déjà assisté à des procès ? Jeune étudiant, notre professeur de droit nous invitait souvent à aller en cour d’assises voir les procès. C’était impressionnant, fort instructif. C’était même assez prévisible au bout d’un certain temps, ce qui expliquait une forme d’attitude en retrait, plus que blasée d’ailleurs, des magistrats.

Il y avait le méchant (présumé innocent mais à la tête de coupable) et les gentils (les victimes). Les méchants disaient toujours et invariablement “ce n’est pas moi” suivi, en fonction, du “m’sieur” ou du “m’dame” de rigueur quand ils arrivaient à l’ânonner péniblement.

Eh bien quand on parle de la crise, c’est à peu près les mêmes inepties et nos mamamouchis ne valent guère mieux que nos criminels de droit commun.

Au classement des âneries économiques qui me font rire, le “number one” c’est le :

1/ “Cette fois c’est différent”… À chaque fois qu’on vous sort cet argument, préparez-vous, fermez les écoutilles et repliez la grand-voile. Pour la bulle Internet, c’était différent, pour le Bitcoin, c’était différent, pour les actions actuellement c’est différent… et bing bang boum, patatras quand même !

2/ “On ne pouvait pas prévoir”… Notez que cette excuse est utilisée dans tous les domaines. Par exemple “on ne pouvait pas prévoir qu’il neigerait cet hiver et que la N118, qui est en pente, serait bloquée comme à chaque fois qu’il neige depuis 50 ans que la N118 existe et la neige aussi”…. Mais on ne pouvait pas prévoir !

3/ “Le propre des bulles c’est de se rendre compte qu’elles existent que quand elles ont éclaté… Ce qui est évidemment une absurdité totale, car si l’on ne peut prévoir le moment de l’explosion, en général votre bulle de savon, vous savez que c’est une bulle de savon (cela fonctionne aussi avec les chewing-gum) et vous savez aussi que plus elle grossit, plus vous vous rapprochez du moment où elle va vous péter à la figure et vous recouvrir de Malabar collant… Parfois, un bon copain passe par là et se charge de la faire exploser un peu plus vite. Qui n’a pas joué à ça !!! Eh bien la FED, quand elle monte les taux, au moment où la bulle est grosse, vient donner le petit coup qui fait tout péter… Bref, tout cela est bien prévisible contrairement à ce que l’on dit.

4/ “Ceci n’est pas un krach”. C’était la perle de Christine Lagarde, alors ministre de l’Économie et des Finances, et qui ne voulait surtout pas “inquiéter” le petit peuple. Il faut dire que chez ces gens-là, Monsieur, on a le sens des responsabilités ! Surtout quand il s’agit du porte-monnaie des autres ou de leur santé. Souvenez-vous : les nuages radioactifs n’atteignent jamais la France.

5/ “Je ne suis pas inquiet” dit Bruno Le Maire. Cette année, et pour le millésime 2018, c’est notre Bruno Le Maire qui s’y colle pour la postérité. Je l’aime bien moi Bruno, il est un peu normand comme moi, on vient du même département, alors forcément, ça crée des liens….

Mais j’ai envie de lui dire à Bruno, attention à ne pas dire trop d’âneries, car avec Internet, on pourra ressortir quelques images bien embêtantes à la lecture de l’histoire qui se sera déroulée.

Ne pas inquiéter certes, mais ne pas rassurer non plus. La réalité, c’est que si les mamamouchis de la FED souhaitent créer un krach, ils le feront, que cela plaise ou pas à Macron ou à Le Maire.

Vous avez aimé le “ce n’est pas un krach” de Lagarde, vous trouverez exquis, le “je ne suis pas inquiet” de Le Maire !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.