L'aide à l'achat d'un vélo électrique bientôt réservée aux ménages modestes

1 018
Il faut compter en moyenne 1 018 euros pour acheter un vélo électrique
neuf.

En moins d’un an, 250 000 vélos électriques ont été financés grâce à l’aide versée par le gouvernement. Las, cette dernière va être modifiée ! 

Une aide trop coûteuse

Il ne vous reste que quelques jours, jusqu’au 31 janvier 2018 précisément, pour acheter un vélo électrique et bénéficier de l’aide gouvernementale pouvant aller jusqu’à 200 euros. Cette aide a été mise en place le 1er mars 2017, mais elle n’aura pas duré longtemps. Et pour cause : elle coûte trop cher au gouvernement ! Les autorités avaient alloué une enveloppe de 30 millions d’euros à ce projet, mais face au succès de la bicyclette électrique, elles ont dû en débourser déjà 50. C’est trop ! 

Parallèlement, Emmanuel Macron n’a pas fait mystère de sa volonté de recentrer les aides publiques sur ceux qui en ont le plus besoin, à savoir les ménages modestes. 

La balle aux collectivités

L’aide à l’achat d’un vélo électrique sera donc à l’avenir réservée aux ménages « dont la cotisation d’impôt sur le revenu de l’année précédant l’acquisition du cycle est nulle », et à condition qu’une « aide ayant le même objet ait été attribuée par une collectivité locale ». En somme, seuls les ménages non imposables et habitant dans une collectivité ayant mis en place une aide pourront bénéficier du dispositif. Exit les bobos et autres cadres urbains en mal d’un nouveau moyen de transport à moindres frais ! 

« Nous avons considéré que ce n’était pas à l’État de continuer à subventionner le vélo électrique, dans la mesure où quand il l’avait fait, les collectivités locales ne le faisaient pas », a estimé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

Reste à savoir si les ménages modestes ont les moyens d’acheter un vélo électrique, au prix encore très élevé.  


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.