La performance énergétique à coût réduit : comment Logelis a repensé la conception de l'habitat

950 euros
Logelis propose des constructions de maisons en bois pour 950 euros du
mètre carré.

« Que peut-on faire pour la construction de demain ? » C'est la question que s'est posé Renaud Sassi, fondateur de la start-up Logelis.

En guise de réponse, une technologie innovante a été brevetée afin de construire des maisons ultra performantes sur le plan énergétique à des prix très compétitifs...le tout en trois mois ! Signe que l'entreprise, qui promeut une nouvelle vision de l'habitat en France comme à l'étranger, a bien intégré les défis à relever sur le marché : celui de la transition énergétique combiné à celui de la crise du logement.

Un niveau d'isolation record

4 ans. C'est le temps qu'il a fallu pour développer le système constructif de Logelis. Un projet de R&D de longue haleine qui est né d'un voyage de Renaud Sassi, le fondateur et PDg de la strat-up à Dubaï. Dans ce pays, de luxueuses villas sortent de terre chaque jour avec en prime, une isolation ultra performante afin de résister aux conditions climatiques extrêmes. Comment ? Grâce à des « panneaux sandwich » remplis par du polyuréthane. C'est ce procédé que Renaud Sassi décide d'industrialiser au sein de son usine qu'il ouvre à Romans-sur-Isère.

En 2015, le brevet est déposé pour donner naissance à ce que Logelis appelle aujourd'hui le Logimur®. Chaque panneau vertical est à la fois structurel (il peut supporter 33 tonnes de compression et peut donc être porteur) et isolant. Sa performance thermique est supérieure aux objectifs de la RT 2O12 et à ceux de la RT 2020. De plus, le Logimur est étanche à l'air et à l'eau ce qui évite les ponts thermiques. « Notre système de logement permet même une résistance plus élevée qu'une maison traditionnelle. En effet, le polyuréthane, qui est utilisé dans la construction des bateaux ou des Airbus, a une durée de vie de plusieurs centaines d'années. Il est non attaquable par les bêtes », précise Renaud Sassi.

A la clef, des économies d'énergie pour la planète mais aussi pour les propriétaires de ces nouvelles maisons pas tout à fait comme les autres. Il faut voir que la facture énergétique est toujours plus pesante sur le budget des Français... Pour un confort d'usage pas toujours à la hauteur. Et c'est bien une isolation déficiente, qui le plus souvent, pose problème. Par ailleurs, les habitations Logelis consomment peu d'énergie. « Nous nous positionnons clairement dans une approche de développement durable. Pour l'heure nos maisons sont « passives » énergétiquement parlant mais nous souhaitons aller plus loin. Bientôt des filtres solaires seront installés sur nos maisons, permettant à ces dernières de basculer en énergie positive », ajoute Renaud Sassi qui vient de créer une filiale de Logelis, Maison Fanfan, destinée à promouvoir la technologie du Logimur auprès des particuliers.

20% à 30% moins cher que la construction traditionnelle

Renaud Sassi et les équipes de Logelis misent sur un autre atout : le prix. En effet, l'industrialisation du procédé permet à Logelis de proposer des prix très compétitifs et de se positionner ainsi comme le premier constructeur de maisons à ossature bois moins cher que la construction traditionnelle. « Le logement représente un poste budgétaire lourd pour les ménages, et notamment les jeunes ménages pour lesquels l'accession à la propriété est devenue quasi impossible. Le coût de la construction comme des terrains est encore trop élevé à mon sens », explique Renaud Sassi. Logelis propose une maison à partir de 950 euros/m2 HT, c'est-à-dire, 20 à 30% moins cher que la construction traditionnelle. De quoi séduire les primo-accédant qui ont de plus en plus de mal à trouver un bien sur le marché mais aussi les promoteurs et les bailleurs sociaux qui, en pleine crise du logement, travaillent à flux tendus.

Et si les coûts sont aussi bien maîtrisés, c'est que le procédé est très simple à monter. « Notre vitesse de construction est également liée à la préparation en amont dans nos usines. En effet, nous fabriquons ce que nous appelons l'enveloppe hors d'eau hors d'air. Nous intégrons tout le câblage électrique, et les fenêtres ainsi que les portes sont posées en usine », indique Renaud Sassi pour lequel ce mode de fabrication permet également de sécuriser les chantiers. Et Logelis a un autre argument : celui de proposer des maisons sur-mesure qui s'adaptent aux besoins et aux envies de chaque client. Le système constructif que Renaud Sassi assimile avec humour à un jeu de lego, permet de faire n'importe quelle maison y compris les maisons d'architecte design. Une manière de faire rimer industrialisation avec personnalisation et éviter la standardisation, à l'heure où les Français veulent apposer leur touche personnelle. Et pourquoi pas faire l'expérience d'un habitat résolument innovant ?

Une vocation sociétale

Si Logelis se veut disruptif sur le marché, Renaud Sassi est bien conscient que le défi n'est pas encore tout à fait gagné. Il existe encore des réticences mais Logelis s'inscrit clairement dans une tendance de fond sur le marché de l'habitat. « Nous ne sommes pas anti-béton ou anti-parpaing, nous proposons une réflexion différente s'agissant de la construction », explique le fondateur de la start-up qui mise sur la qualité et les prix très compétitifs. Pour ce dernier « il y a une réelle intention sociale dans notre projet. Notre questionnement était : que peut-on faire pour la construction de demain ? » Le département de la Drôme a d'ailleurs alloué 100 000 euros à Logelis afin d'aider à son installation dans une usine de près de 6000m2. Et « le public suivra », ajoute Renaud Sassi, résolument optimiste.

Les premiers projets ont d'ailleurs reçu un accueil très positif. Logelis peut compter sur des partenaires de la région pour se développer en France comme des bailleurs sociaux tels qu'Arcade et Semcoda qui ont déjà fait confiance à l'entreprise. La technologie a également su séduire au-delà des frontières françaises puisque Logelis s'est vu confier un projet en Allemagne et en Guinée Equatoriale. Logelis mise sur un avantage certain, la simplicité de son procédé qui permet la construction par de la main d'œuvre peu qualifié et donc de réduire le coût de la main d'œuvre (qui est élevé en Allemagne ou dans les pays scandinaves par exemple).

D'autres chantiers internationaux sont actuellement en cours comme en Irak, où il s'agit de construire des habitats pour les réfugiés dans le pays en guerre. Sollicitée par l'ONG l'œuvre d'Orient, l'entreprise souhaite implanter une usine locale et former les équipes sur place à cette technologie pertinente dans les pays en reconstruction comme en voie de développement. Au Sénégal, c'est un contrat de 6000 écoles qui est en passe d'être signé. L'entreprise mise également sur des projets de maisons de standing en Guinée équatoriale et à Dubaï. La boucle serait-elle bouclée ? D'ici 2018, la société Logelis espère atteindre un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros, et vise la construction de 300 maisons par an.


Marc Pelletier

Marc Pelletier, Consultant, chef de projet en aménagement urbain éco-responsable, chargé de missions de conseil auprès d'aménageurs ou de collectivités locales, avec pour mission d'assister les élus et l'administration dans la définition et la mise en œuvre des politiques de développment durable à l'échelle des agglomérations