La politique du numérique en marche

131 835
131 835 entreprises évoluent dans le secteur du numérique en France.

En quelques jours, le paysage complet de notre politique nationale a été balayé. Dans l’univers du numérique, on parlerait de « l’uberisation »  de notre classe politique. L’ensemble des entités composant notre société doivent considérer le digital comme un facteur majeur de transformation sous peine de disparaitre.

L’intuition d’Emmanuel Macron a permis de saisir cette attente de renouveau d’un système qui fait naviguer la France depuis 40 ans sans cap fixe, sans véritable dynamique, en vivant largement sur un héritage, parti en fumée, et désormais, à crédit. Cette élection est une première étape. La détermination de changer le paysage de fond en comble est le gage de réussite de cette réforme complète que nous appelons tous de nos voeux. Sa réussite fera revenir la France au rang qui était et qui doit être le sien.

La responsabilité du nouveau Président est immense. Il a été élu avec un programme à la tonalité libérale que la France n’a plus connu depuis de nombreuses années. Il a joué cartes sur table et annoncé la couleur. En remettant l’Entreprise et la création de richesses au coeur des discussions avant d’ouvrir sur un partage équitable, il revient à l’unique voie raisonnable qui permettra de nous relancer et de réconcilier nos concitoyens. 

Lors des réunions de travail que Croissance Plus a mené avec Emmanuel Macron et son équipe, le pragmatisme et la compréhension de l’écosystème entrepreneurial rompait de manière claire avec les échanges « classiques » que l’association avait eus ces dernières années. Si la volonté du nouveau Président de la République a su bouleverser les partis, il faudra une énergie encore plus grande pour « hacker » les lignes de conservatismes multiples qui sont réticents au changement. 

Cette élection est un succès indéniable mais un Français sur trois n’a pas su choisir entre les deux candidats et un sur deux préfère que le Président apaise plutôt qu’il réforme (sondage Elabe). Les divisions sont profondes mais la réforme est la seule priorité. La concentration des actions du début de quinquennat sur l’économie et l’entreprise est le seul levier d’un rebond.

Croissance Plus a défini 70 propositions clés pour libérer les verrous imposés aux entreprises de croissance et permettre ainsi de relancer l’emploi. Une vingtaine de celles-ci (baisse de l’impôt sur toutes les sociétés, allégement du code du travail, lancement du référendum en entreprise, suppression de l’ISF sur les actions,...) figurent déjà dans le programme du nouveau Président de la République.

Le temps est compté. Les autres pays ne nous attendent pas et nos entreprises ont un besoin urgent de soutien pour investir, recruter et rester dans la course. Les entrepreneurs savent créer des richesses et les partager, à condition de leur en donner les moyens. N’attendons plus !