La Poste : 89 centimes d'euro le timbre rouge en 2018 ?

0,66 EURO
Le timbre rouge coûtait 66 centimes d'euro en 2015.

La crise de La Poste n’en finit pas. Le service public continue de perdre des clients à cause d’Internet et du fait qu’on préfère désormais envoyer des mails plutôt que des courriers. Avec, en plus, la numérisation de l’administration, même les impôts ne passent plus par La Poste. Du coup, le groupe augmente ses prix pour tenter de réduire ses pertes.

Des hausses largement supérieures à l’inflation

L’augmentation du prix du timbre est depuis des années supérieur à l’inflation, quasiment nulle, qui frappe la France. La décision qui vient de l’Arcep, le régulateur des télécoms qui est également en charge de La Poste, a été prise en 2014 : entre 2015 et 2018 La Poste a le droit de réaliser des augmentations supérieures de 3,5 % à l’inflation.

Les hausses ont eu lieu en 2015, 2016 et 2017 faisant passer le timbre rouge, celui censé permettre une livraison en 24 heures, de 66 centimes à 85 centimes sur la période. Une augmentation très rapide qui avait ses limites : en théorie La Poste ne pouvait augmenter, en 2018, ses tarifs que de 1,5 %.

Une nouvelle règle de calcul qui tombe à pic

C’était le cas, comme le précisent Les Echos, jusqu’au début du mois d’octobre 2017. L’arcep a changé son mode de calcul et adopté une « nouvelle règle de comptabilité réglementaire ». Cette nouvelle règle revoit à la hausse les obligations que La Poste doit supporter et qui en font un service public. C’est par exemple par La Poste que sont envoyées les déclarations préremplies des impôts ou encore les amendes… La Poste ne peut donc pas faire faillite, ce serait l’organisation même de l’État qui en pâtirait.

Grâce à cette nouvelle règle, La Poste pourra augmenter ses tarifs jusqu’à 5 % en 2018, contre 1,5 % auparavant. Une augmentation que le groupe devrait adopter avant la fin octobre et qui pourrait faire grimper le prix du timbre rouge de 4,25 centimes, soit lui faire atteindre 89 centimes.


A découvrir