La réforme de la fiscalité de l'épargne pourrait entrer en vigueur dès le 27 septembre 2017

30 %
Un Prélèvement Forfaitaire Unique de 30% sera mis en place.

Les épargnants les plus avertis vont certainement prendre leurs dispositions de toute urgence ! 

Dans deux jours

Cela faisait partie des propositions contenues dans le programme de campagne d’Emmanuel Macron. « Pour rendre le système plus juste et transparent, nous créerons un Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de l’ordre de 30%, qui remplacera les prélèvements existants ». Qu’est-ce que cela signifie ? 

Cela signifie tout simplement que tous les intérêts que vous aurez perçus grâce à votre épargne, au fil des ans, seront taxés à hauteur de 30 % au moment où vous souhaiterez retirer l’argent placé. 

Actuellement, le fruit de votre épargne est taxé également lors du versement des intérêts mais à des taux variables, souvent inférieurs (23 % pour les détenteurs de contrats d'assurance-vie depuis plus de 8 ans, par exemple) en fonction de la date à laquelle vous avez souscrit à un contrat d’assurance-vie. 

Or cette réforme des 30 % entrerait en vigueur dès mercredi 27 septembre, et non au 1er janvier 2018 comme prévu initialement, justement pour éviter que les épargnants les mieux conseillés transfèrent leurs économies d’un compte à l’autre, afin d’éviter cette taxe de 30 % !

A partir de 150 000 euros

Cette Flat tax sur les contrats d’assurance-vie ne s’imposera en outre que sur les nouveaux versements réalisés sur les contrats d'assurance-vie de plus de 150 000 euros pour une personne seule, et de 300 000 euros pour un couple.

Le principe de la Flat Tax ou du PFU est simple : on remplace plusieurs prélèvements qui s’empilent (l’impôt sur le revenu et les cotisations sociales -CSG, CRDS, etc.-, et on les remplace par un seul avec deux arguments : un, c’est plus simple, pour comprendre à combien on est imposé ; deux, certains feront des économies. 

En réalité, les gagnants seront surtout ceux qui possèdent de gros patrimoines ou perçoivent de gros revenus. Seuls les foyers non imposables auront intérêt à rester dans le régime commun, et à soumettre leurs revenus de placement au barème de l'impôt sur le revenu.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.