La tuyauterie de l'État a-t-elle été conçue par les Shadocks ?

2000 MILLIARDS €
La dette publique de la France a atteint 2000 milliards d'euros.

Proche de la chancelière Allemande, le Commissaire européen à l'économie numérique Günther Oettinger, vient de déclarer «la Commission doit traiter la France en tant que pays déficitaire récidiviste?». Pauvre France - membre fondateur de l'Europe - qui se fait ainsi montrer du doigt pour son incapacité obstinée à respecter les règles imposées par les traités européens ! La France outragée, la France martyrisée par ses propres dirigeants, la France humiliée comme "pays déficitaire récidiviste" !

Il y a en fait deux sortes d'hommes politiques… Les bons (qui font des économies), et les mauvais (qui gaspillent, s'endettent et dépensent sans compter). Le problème est que, chaque fois qu'ils ont eu à choisir, les Français ont désigné les plus mauvais. Ils auraient pu exiger une gestion rigoureuse, performante, décentralisée, privilégiant la liberté, l'initiative individuelle et l'efficacité ; ils ont préféré l'inverse : financer un Étatisme centralisé et omniprésent, imposant une bureaucratie dépensière et ruineuse qui prétend tout orienter du haut de ses palais nationaux et tout subventionner aux frais du contribuable... Bref une tuyauterie digne des Shadocks et qui prend l'eau de toute part !

Ils ont mis en place un système de tuyauterie digne des Shadoks

shadocks baignoire1

. Regardez le dessin ci-dessus. Il vous donne une idée de ce qu'ils ont construit au cours des dernières décennies : ils ont inventé des tuyauteries plus abracadabrantesques les unes que les autres pour corriger en aval les effets de leurs absurdités en amont. En gros ils ouvrent grand les robinets de la dépenses publique et, comme les déficits débordent de partout, ils doivent éponger en récupérant sur le contribuable pour qu'il paye les ardoises de leurs dépenses insensées. Et comme les dépenses continuent, les prélèvements augmentent eux aussi et la "phobie fiscale" s'étend... Alors ils inventent de nouvelles lois et rajoutent des taxes et des contrôles fiscaux. Et ils matraquent : beaucoup de contrôles et beaucoup de taxes et beaucoup de sparadraps partout. Forcément, l'État-providence a de gros besoins et la machinerie-redistributive est complexe et tourne à plein régime. Et comme la confiance fuit elle-aussi, ils rajoutent encore des sanctions et des pénalités. Et encore de la tuyauterie partout. Et encore des ministères chargés de nouvelles tuyauteries... Et comme ces machines à gaz coûteuses n'apportent toujours pas la prospérité promise, les citoyens-contribuables sont de plus en plus inquiets. Et comme les entreprises sont matraquées elles-aussi, elles ne créent plus d'emplois, et les chômeurs font la queue à Pôle emploi où l'État doit leur verser des indemnités. Et comme il faut financer ces indemnités-chômage, et aussi les allocations des intermittent du spectacle, et tout ce que distribue généreusement l'État Providence, ils taxent encore et ajoutent de nouvelles rustines fiscales pour faire rentrer toujours plus d'argent...etc. Bon je vous la fais énorme mais regardez l'image, elle est super claire : c'est la grande tuyauterie de l'État dans toute sa splendeur !

Ce que des dirigeants avisés auraient du faire

shadocks baignoire2

. Regardez juste le robinet en (A). Eh oui, vous avez tout compris, c'est aussi bête que ça : Il suffit de fermer le robinet des dépenses ! Mais ni Hollande, ni Valls, ni Sapin, ni Macron ne le feront. Car c'est contre leur idéologie d'un État-redistributeur omnipotent et omniprésent. Ils n'arrivent même pas à faire le minimum d'économies que Bruxelles leur demande désormais avec de plus en plus d'insistance et de vigueur. Restant désespérément sourds aux mises en garde, ils continuent à ne pas comprendre l'urgence des économies. Ce qu'ils baptisent "économies" est uniquement un ralentissement de la progression des dépenses ! Pourquoi se priveraient-ils de dépenser d'ailleurs puisque, le Président l'a redit récemment, "c'est pas cher, c'est l'État qui paye !"...

Des milliards d'impôts partis en fumée

Le plus hallucinant c'est que tous les effort demandés aux Français n'auront finalement servi à rien. Jamais on ne leur aura pris autant d'argent au titre des impôts - avec un matraquage fiscal sans précédent débouchant sur "ras-le-bol fiscal" généralisé et une faille gigantesque dans le consentement à l'impôt… Et pourtant ces prélèvements obligatoires n'auront jamais pas servi à engager de profondes réformes de structures et à réformer l'État en diminuant son périmètre.... Tout cet argent pris aux Français n'aura même pas servi à construire des logements dont le secteur s'écroule et est au plus bas depuis 1940 ! Tout aura été gaspillé et détourné des investissements dans le secteur marchand qui eux auraient généré de la croissance et créé des emplois. Le matraquage fiscal n'aura finalement servi qu'à amplifier l'assistanat, à multiplier les emplois publics (ou ceux appelés à tort "emplois d'avenir") et à financer les usines à gaz non-rentables subventionnées par l'État. Et comme ce système digne des Shadocks ne marche pas, il faudra encore payer (sous forme de taxes, de TVA, de hausse des cotisations ou de baisse des prestations…). La dette est à 2000 Mds, plus de 63.000 entreprises ont déposé leur bilan en 2014, les indépendants se révoltent, les ménages n'arrivent plus à boucler leurs fins de mois, tous les Français sont à bout et leurs finances sont à plat. Mais Hollande et Valls continuent à laisser filer les dépenses et à creuser les déficits d'un État-Providence en faillite... Ça finira évidemment mal. Bon, et maintenant il faut que je vous laisse pour aller travailler. C'est que je ne suis pas Président ou député moi : il faut que je travaille pour payer les impôts qui doivent financer tout ça !


A découvrir