Laurent Abitbol, une affaire de famille devenue success story touristique

1,25 milliard d'€
Le chiffre d'affaires actuel du groupe de Laurent Abitbol

Alors qu’il vient à peine de racheter le réseau Celtéa Voyages, Laurent Abitbol, président de Marietton Développement, annonce déjà prévoir de nouvelles acquisitions pour 2018. Retour sur un géant du tourisme devenu un incontournable et puissant moteur de développement du secteur en quelques années. 

Une ascension par croissance externe

L’appétit de l’ogre du tourisme semble décidément insatiable : à peine ingéré sa 18ème acquisition, les 17 agences du réseau de Tour-Opérateurs Celtéa Voyages, voilà que Laurent Abitbol se dit prêt à se remettre à table. Il est vrai que l’intéressé aurait tort de se priver, tant les opportunités sont nombreuses : ce n’est pas moins de trois acquisitions que le groupe a réalisé en 2017 avec FRAM Affaires TMC et OL Voyages avant Celtéa Voyages.

La société n’a pourtant pas toujours connu ce rythme effréné. Avant de devenir un spécialiste du tourisme pesant 1,25 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour 1300 collaborateurs et 445 agences de voyages, Marietton était simplement le nom de la rue où les parents de Laurent Abitbol installèrent leur première agence de Voyages en 1968. L’activité commence véritablement à décoller, à tous les sens du terme, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 : saisissant l’opportunité de la crise dans le transport aérien, la famille Abitbol achète un avion et se lance dans le transport à destination du Maghreb.

Mais c’est véritablement en 2007 que la croissance s’emballe, lorsque le fonds Siparex entre au capital. Durant les sept années qui suivent, sept acquisitions successives permettent une multiplication par treize du chiffre d’affaires. En 2015, ce sont deux poids lourds qui tombent dans l’escarcelle de la holding : Auchan Voyages en mai puis Havas Voyages en fin d’année, chez qui Laurent Abitbol a maintenu Michel Dinh, devenu entretemps son fidèle bras droit. Début 2016, appuyé par sa nouvelle maison-mère Havas Voyages crée le GIE ASHA, détenu à 50/50 avec Selectour Afat, une coopérative regroupant plusieurs Tour Operators et voyagiste de moindre envergure. Véritable consécration pour lui, Laurent Abitbol est élu président de la coopérative Selectour Afat en juin 2016. Un choix au demeurant logique : sa holding Marietton Développement pèse à elle seule un tiers des 1300 points de vente que compte la coopérative. Cette envergure lui donne une très grande puissance dans une coopérative regroupant pour l’essentiel de petits acteurs du tourisme.

Nouveau tour de table

Laurent Abitbol ne compte bien évidemment pas s’arrêter là, mais son objectif est désormais double : consolider sa position au sein de la coopérative Selectour Afat et poursuivre la croissance de sa société. Pour répondre au premier, et afin de doter la coopérative Selectour Afat d’outils de développement performants, Laurent Abitbol a lancé pendant sa première année de mandat sa filiale One 4 You, qu’il a présidé avant d’en confier les rênes à Christophe Jacquet, un proche, selon la fiche entreprise actuelle. Lors de la création, il en était actionnaire à plus de 80% à titre personnel, sachant qu’en y ajoutant la participation de la holding familiale Maggy Claude, le total de ses parts montait alors à près de 95%. Sa localisation, à la même adresse que le siège social de Marietton Développement, atteste bien de l’importance que revêt l’outil aux yeux de Laurent Abitbol. Spécialisée en « rewarding », un système de rémunérations (aussi appelée Incentives) allouées aux salariés qui font des réservations ou d’autres commandes sur les sites d’agences de voyages, la société One 4 You est un formidable outil de fidélisation. Elle ne manquera pas de constituer un véritable levier de croissance pour la coopérative Selectour Afat et pour le groupe Marietton, ou comment allier l’utile à l’agréable en devenant président de la coopérative tout en assurant via cette dernière le développement de son empire et des outils dont il est seul propriétaire.

Concernant le deuxième objectif, l’avenir s’annonce plus complexe. Laurent Abitbol serait ainsi sur le point de lancer un nouveau LBO (l’opération Enrico selon nos sources, du nom du chanteur dont Laurent Abitbol est un fan de la première heure et qu’il a sollicité pour les 50 ans du groupe) pour faire entrer de nouveaux investisseurs au sein de Marietton Développement. Ce serait le premier depuis celui de 2012 qui avait vu Edmond de Rothschild et Calixte Investments (Crédit Agricole) entrer au capital, et des modifications de l’actionnariat sont à prévoir. Aujourd’hui la famille Abitbol reste majoritaire à 53% du capital, devant Rothschild Investment Partners à 28%, Siparex à 9%, Crédit Agricole à 8% et les collaborateurs du groupe totalisant 2%.

Bien que Laurent Abitbol se félicite de la confiance que lui accorde toujours le Crédit Agricole, via Calixte Investments, ce dernier l’accompagnant systématiquement sur ses opérations, deux investisseurs majeurs ont néanmoins indiqué vouloir se désengager de Marietton Développement en 2018. Siparex et la banque Edmond de Rothschild ont ainsi mandaté la banque d'affaires DC Advisory récemment pour étudier la cession de leur participation. Laurent Abitbol se veut rassurant et parle d’une « décision logique », correspondant au calendrier prévu. Difficiles de savoir quelles sont les raisons réelles qui ont amené ces deux fonds à débarquer de l’aventure Marietton alors que ce dernier annonce de nouvelles acquisitions pour 2018 : Laurent Abitbol compte vient se renforcer dans les TO après avoir mis l’accent sur la distribution.

Les grandes manœuvres ne sont pas finies dans le tourisme, et gageons qu’à la fin de l’année 2018, le secteur n’aura pas la même physionomie qu’aujourd’hui. 


A découvrir