Le FMI alerte sur la pauvreté des jeunes en Europe

20 %
Aujourd'hui, près d'un jeune Européen sur cinq est toujours à la
recherche d'un emploi.

On connaît de mieux en mieux les chiffres concernant le creusement des inégalités entre riches et pauvres, dans le monde. Cette fois, le FMI alerte sur les inégalités générationnelles.

De fortes inégalités de revenus, au détriment des jeunes

 

Une étude intitulée « Un rêve différé : inégalités et pauvreté intergénérationnelles en Europe », publiée mardi par le Fonds Monétaire International et relayée par Le Figaro, souligne que l'écart de revenus entre les générations en Europe s'est profondément creusé, au détriment des jeunes. 

Dans son analyse de l’étude, Christine Lagarde, la patronne du Fonds Monétaire International, évoque « les millions de personnes à travers le monde, en particulier les jeunes qui souffrent des inégalités et de la pauvreté », « les effets du chômage et les conséquences à long terme d’une protection sociale inadaptée sur les jeunes », notamment en Europe. 

En moyenne, souligne l’étude, les inégalités de revenu sont restées en Europe globalement stables depuis 2007. Mais les statistiques masquent une tendance inquiétante : le fossé entre les générations s’est considérablement creusé en Europe. La population en âge de travailler, et plus particulièrement la jeunesse, est laissée pour compte.

"Comment en est-on arrivé là ?"

« Si rien n’est fait, c’est toute une génération qui risque de ne jamais se relever. Comment en est-on arrivé là ? » s’interroge Christine Lagarde.

Les revenus de nombreux jeunes ont reculé après la crise de 2007 à cause du chômage. Ils ont retrouvé leur niveau précédent depuis, mais n’ont pas augmenté. Les personnes âgées de 65 ans et plus ont quant à elles enregistré une hausse de 10 % de leurs revenus car les retraites sont mieux protégées.

C’est sur le marché du travail que l’on trouve la source des problèmes. Le chômage des jeunes est parti d’un niveau élevé et a bondi à 24 % en 2013. Aujourd’hui, près d’un jeune Européen sur cinq est toujours à la recherche d’un emploi.

L’étude des services du FMI révèle que le chômage peut laisser des séquelles : après de longues périodes de chômage et avec une expérience limitée, les jeunes ont moins de chances de trouver un emploi. S’ils en trouvent un, il sera vraisemblablement mal rémunéré. Enfin, il leur sera sans doute extrêmement difficile, voire impossible, de récupérer plus tard dans leur carrière les salaires qu’ils n’ont pas gagné et les économies qu’ils n’ont pas réalisées.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.