Le pass sanitaire pour les centres commerciaux va-t-il disparaître ?

15 %
Dans leur ensemble, les centres commerciaux ont subi une baisse de 15%
de leur chiffre d'affaires, selon le Medef.

Le pass sanitaire sera-t-il levé dans les prochains jours dans les centres commerciaux ? C'est en tout cas le souhait de Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, qui estime que le dispositif n'est pas compris des Français… et des commerçants.

« Dès que posible » : pour Geoffroy Roux de Bézieux, c'est clair, le pass sanitaire doit être levé rapidement dans tous les secteurs, « dès que les chiffres pandémiques qui ont l'air de baisser le permettent ». Le président du Medef, invité de RMC/BFM, se dit cependant favorable à cette mesure jusqu'au 15 novembre : il ne veut pas entendre parler de reconfinement. Plusieurs secteurs, dont l'hôtellerie et la restauration, sont impactés plus lourdement que d'autres par le pass sanitaire. C'est le cas aussi des commerçants dans les grands centres commerciaux, là où le patron des patrons voudraient voir disparaitre le dispositif.

Chiffre d'affaires en baisse

« Sur les centres commerciaux on a un énorme problème », assène-t-il. Le pass sanitaire doit être présenté pour entrer dans les centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés, mais la décision revient au préfet qui autorise ou pas le recours à ce dispositif, en fonction du contexte sanitaire local. « Non seulement ça fait -30%, -40% de chiffre d'affaires dans les centres commerciaux où il y a le pass sanitaire », explique Geoffroy Roux de Bézieux, « mais comme les Français n'ont rien compris, assez logiquement, tous les centres commerciaux sont à -15% ». Cette perte de chiffre d'affaires, pour un supermarché ou un commerçant, « ça fait mal, ça fait même très mal ».

Fin du pass sanitaire ?

C'est pourquoi il compte demander à Jean Castex de lever le pass sanitaire dans les grands centres commerciaux. Il pourrait être entendu, puisque le ministère du Travail a indiqué qu'un arrêt du dispositif sera examiné dans les prochains jours. Néanmoins, au vu du caractère aussi symbolique que sanitaire de cette mesure, rien n'est gagné pour le Medef qui doit naviguer sur une crête, entre protection de l'activité des commerçants et protection de la santé des Français…


A découvrir