Le secteur du tourisme a subi une chute de plus de 40% de ses recettes l'an dernier

89 MILLIARDS
Les recettes du secteur du tourisme en France se sont établies à 89
milliards d'euros l'an dernier.

C'est sans surprise qu'on apprend que le bilan du secteur du tourisme est particulièrement mauvais pour 2020. La crise sanitaire a fortement pesé sur cette activité essentielle en France.

Entre les confinements et les mesures de restriction des déplacements aussi bien à l'intérieur du pays que depuis l'étranger, il était évident que le bilan 2020 du tourisme ne serait guère reluisant. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État au Tourisme, a confirmé sur France 2 que l'année dernière a été « un choc » et donné quelques chiffres : « c'est plus de 60 milliards d'euros de recettes qui manquent à l'appel pour le tourisme français ». Les recettes s'établissent à 89 milliards d'euros, c'est 41% de moins qu'en 2019. Dans le détail, les recettes domestiques (provenant des touristes français) ont reculé de 29 milliards d'euros, soit 48% de moins, tandis que celles tirées des voyageurs étrangers ont fondu de 32 milliards (-52%).

Restrictions et confinements

Quant à la consommation touristique intérieure, elle a été fortement paralysée par les restrictions sur le trafic aérien et les déplacements, aussi bien pour les activités de loisirs que pour les affaires. Elle a représenté 180 milliards d'euros, dont 30 milliards de consommation en résidences secondaires (cela représente 7,4% du produit intérieur brut). Ce chiffre recule d'un tiers d'une année sur l'autre. Selon Atout France, qui fait la promotion de l'Hexagone à l'étranger, c'est la région Île-de-France qui subit la baisse de recettes la plus importante : 23,1 milliards d'euros par rapport à 2019. Suivent Auvergne-Rhône-Alpes (-7,2 milliards) et Provence-Alpes-Côte d'Azur avec un recul de 6,7 milliards.

Résilience du secteur en France

Malgré tout, Jean-Baptiste Lemoyne veut rester optimiste. Il explique que la France a montré de la résilience par rapport à d'autres destinations mondiales. « Le moteur du tourisme européen a bien fonctionné l'été dernier : on a eu beaucoup de tourisme de proximité, les Belges, les Allemands, les Néerlandais... et surtout la clientèle française, qui a fait un été et un automne bleu-blanc-rouge ». Et 2021 s'annonce un peu mieux, d'après Atout-France qui planche sur une hypothèse de recettes de 111 milliards d'euros, soit 25% de plus que l'an dernier. En espérant que la pandémie ne vienne pas gâcher le rebond du tourisme.


A découvrir