Le trading et les paris en ligne, ennemis jurés ou alliés ?

Au fur et à mesure de la légalisation des jeux de hasard en ligne aux États-Unis, des acteurs assez inattendus semblent s’intéresser à ce marché : il s’agit des bourses et des intermédiaires de trading selon un rapport publié par l’agence Bloomberg.

Les paris sportifs en ligne de nouveau les bienvenus aux États-Unis

À contre-courant de la tendance dans beaucoup de pays du monde, où les sites de paris sportifs subissent une règlementation de plus en plus stricte voire sont carrément interdits, aux États-Unis l’étau de desserre sur ce secteur. Treize États ont à ce jour légalisé les paris sportifs en ligne, et plusieurs autres sont en train d’adapter leur législation en la matière. Autant dire que les adeptes de jeux de hasard auront un vaste champ pour affiner leur stratégie roulette, poker ou encore multicolore.

Paris en ligne : le Nasdaq s’invite au grand bal

Selon les informations de Bloomberg, cette libéralisation a entraîné sur le marché des acteurs dont les jeux de hasard n’ont jamais été le métier, au premier rang desquels le Nasdaq, l’opérateur de la bourse américaine éponyme, où sont négociés les titres d’entreprises technologiques. Cette incursion du Nasdaq sur le marché des paris en ligne peut surprendre dans la mesure où le secteur financier a toujours bataillé pour se distancier, dans les yeux des non-initiés, des jeux de hasard. Et c’est vrai : la valorisation des actions reflète les performances des entreprises, il n’y a pas d’élément « hasard » dans l’investissement.

Nasdaq a donc conclu un partenariat avec un site britannique de paris sportifs, qui lui permet de bénéficier de sa technologie, ainsi qu’avec des sites de paris sur des courses en Australie, Suède et à Hong Kong. Dans la même veine, Bloomberg cite le nom d’un courtier américain qui vient d’acheter une société de paris sportifs en Irlande.

Un métier très différent… mais pas vraiment

Ces nouveaux métiers des acteurs de la bourse peuvent surprendre, mais au fond, l’expansion vers les activités de casino et de paris en ligne est naturelle pour eux, pour une raison simple. Le métier d’un courtier est d’être l’intermédiaire du particulier en Bourse : il doit transmettre les ordres des clients le plus rapidement possible, en l’espace de millisecondes. Et bien, pour les jeux de hasard c’est le même principe : il s’agit de transmettre dans les deux sens des données et ce, à grande vitesse. Un site de paris sportifs a donc besoin de la même infrastructure technique. À la clé, la possibilité pour ces sociétés de réaliser d’importants bénéfices sans pour autant investir dans la technologie.


A découvrir