Les analystes qui ont prévu les crises de 1929 et de 2008 voient noir pour 2015

2,2 %
Les Etats-Unis devraient connaître une croissance de 2,2% en 2014...
mais elle risque de ne pas durer.

1929, c'était il y a bientôt un siècle... et pourtant dans le monde de la finance le jeudi noir de cette année-là reste un fantôme, une ombre, une menace. A l'époque un petit cabinet d'analystes avait prévu que tout allait s'effondrer... et c'est arrivé. Ce même cabinet a prévu en 2007 la crise des subprimes... et c'est arrivé.


Alors quand ils prévoient une crise en 2015, tout le monde tremble.

Jerome Levy Forecasting Center : la firme qui prédit le pire


La petite firme Jerome Levy Forecasting Center est loin d'être un géant comme Deloitte ou d'autres cabinets d'analyse. Mais elle est reconnue dans le monde entier comme étant particulièrement douée pour prédire les pires événements.


En premier lieu, en 1929, le fondateur Jerome Levy avait prédit le crack boursier qui a frappé Wall Street... et avait vendu toutes ses actions avant le mois d'octobre de la même année, évitant ainsi une faillite.


En 2007 également le cabinet d'analyse avait vu venir avant tout le monde la crise des subprimes, les prêts toxiques américains, qui ont donné lieu à la crise économique mondiale de 2008... dans laquelle nous sommes encore aujourd'hui.

2015 : la récession frappera les Etats-Unis


Dernièrement, c'est 2015 qui inquiète le petit cabinet. Les Etats-Unis sont en train d'investir de plus en plus dans les marchés extérieurs, notamment les pays en voie de développement, où la croissance ralentit.


L'inquiétude est croissante et Jerome Levy Forcasting Center prévoit qu'en 2015 les Etats-Unis pourraient entrer en récession... alors même qu'ils viennent de se sortir de la crise économique de 2008 et que la croissance est de nouveau au rendez-vous dans le pays. Une prévision par ailleurs à contre-courant de toutes les autres prévisions des grands groupes.


Si cette énième prévision catastrophique se réalise, le monde pourrait être confronté à une nouvelle crise mondiale... et l'Europe, qui tente désespérément de ne pas se noyer risque de se retrouver la tête sous l'eau encore une fois.


Et cette fois pourrait être la dernière.