Les Français ont énormément épargné en 2020

50 EUROS
Chaque Français a déposé en moyenne 50 euros d'épargne par mois et par
livret.

Empêchés de consommer en raison de l'épidémie, les Français ont épargné en 2020. Et beaucoup : le Livret A et le Livret de développement durable et solidaire ont enregistré plus de 35 milliards d'euros d'épargne.

En 2020, le bas de laine des Français a pris de l'embonpoint. Selon le pointage annuel de la Caisse des Dépôts, le Livret A, placement préféré des Français, a enregistré des dépôts de 26,4 milliards d'euros. C'est le double des montants engrangés l'année précédente. Quant au Livret de développement durable et solidaire (LDDS), la collecte a atteint 8,8 milliards, soit deux fois plus là aussi. En tout, ces deux placements ont engrangé 35,2 milliards d'euros nets, contre 16,6 milliards en 2019. Il faut remonter à 2012 pour trouver une collecte plus important (49 milliards). « Ça représente 50 euros par mois et par livret. C'est un record depuis 2012, c'est énorme », a illustré Eric Lombard, le directeur général de la Caisse des Dépôts, au micro de RTL !

Livret A et LDDS : 35,2 milliards épargnés par les Français

Le Livret A, qui finance le logement social, et le LDDS dédié à l'économie sociale, sont populaires non pas en raison de leur taux d'intérêt, historiquement faible (0,5 %). Plus faible encore que l'inflation… « C'est un produit qui est très sûr, la rémunération est positive », explique le directeur de la Caisse des Dépôts, « et ça fonctionne comme un compte en banque ». Par ailleurs, le succès de ces deux placements est aussi la conséquence de la crise sanitaire. Les Français n'ont pas pu consommer comme bon leur semblait l'an dernier à cause des mesures prises pour réduire les cas de contamination. Confinements, magasins non essentiels fermés, restrictions des déplacements… « Donc c'est une épargne qui est vraiment forcée, qui est contrainte », décrit Eric Lombard.

Une épargne positive pour la consommation ?

Reste maintenant à savoir si toute cette épargne pourra servir à faire redémarrer l'économie. C'est en tout cas l'espoir du gouvernement, et d'Eric Lombard : « On voit que la consommation frémit. Dès que les magasins pourront rouvrir plus largement, ça repartira ». Les premiers chiffres du début d'année permettent un optimisme prudent, indique-t-il. Les Français devraient puiser dans leur épargne pour consommer, ce qui est « très positif » pour eux et « pour l'économie », ajoute-t-il.


A découvrir