Les impayés de salaire en forte baisse

11 %
Les impayés de salaire ont baissé de 11 % en un an.

Encore une bonne nouvelle sur le front de l’économie tricolore ! Les impayés de salaire, essentiellement liés aux défaillances d'entreprises, ont nettement baissé en 2017. 

 

200 000 salariés victimes d'impayés de salaire

Comme le rapporte un article publié dans Les Echos, en 2017, l'Assurance garantie des salaires n’a versé « que », si l’on peut dire, 1,5 milliard d'euros aux salariés victimes d'un impayé de salaire. C’est 11 % de moins que l’année précédente, et même 30 % de moins que lors du pic de 2013. C’est surtout un excellent signe de la santé de nos entreprises. 

Pour mémoire, l’AGS prend en charge les créances des salaires et des indemnités de licenciement des entreprises en procédure de sauvegarde, redressement ou liquidation. 

C’est notamment le nombre de bénéficiaires qui a nettement baissé. Moins de 200 000 personnes ont subi des impayés de salaires, soit moins qu’en 2007, avant la crise. En toute logique, le nombre d’entreprises n’ayant pas pu verser les salaires dus à leurs collaborateurs a, lui aussi, baissé. 

Les défaillances d'entreprises en net recul

Et pour cause : l’activité économique de la France est bien repartie en 2017. Selon les dernières prévisions de l’Insee datées de mi-décembre, la croissance hexagonale devrait atteindre 1,9% sur l’année écoulée, soit sa meilleure performance depuis 2011. Le cumul sur 12 mois des défaillances d’entreprises ne cesse de baisser, comme l’attestent les derniers chiffres publiés par la Banque de France, qui font état de 59 402 liquidations et redressements judiciaires sur les 12 mois arrêtés à fin septembre 2017, soit un nombre en baisse de -7,3% par rapport à septembre 2016.

Selon des données encore provisoires, la diminution serait de -7,6% à fin octobre 2017. La plupart des secteurs sont concernés par ce recul, hormis l’agriculture et les transports et entreposage qui restent en difficulté.

L’évolution des principaux indicateurs d’activité de l’AGS confirme cette embellie.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.