Les médicaments à base de codéine désormais délivrés sur ordonnance

2
Depuis le début de l'année, deux adolescents sont morts après avoir
consommé une dose excessive de codéine.

Les médicaments à base de codéine, détournés par les adolescents à des fins récréatives, seront désormais délivrés sur ordonnance uniquement. Une décision qui intervient alors que deux adolescents sont morts à la suite d'une overdose, et que plusieurs cas d’intoxication grave ont été signalés.

Plusieurs intoxications graves à cause de la codéine

La codéine est la nouvelle drogue « à la mode » chez les adolescents. Cet antalgique de la même famille que l’opium et six fois moins puissant que la morphine est détourné à des fins récréatives : des sirops antitussifs, des antalgiques ou des antihistaminiques sont mélangés à du soda. Ces cocktails aux appellations diverses (Purple Drank, Lean, Codé Spirit) donnent lieu à une sensation proche de celle de l’ivresse et ralentissent le rythme cardiaque.

Consommée régulièrement et en doses excessives, la codéine peut provoquer des effets secondaires, avec parfois des séquelles à long terme…  Troubles du sommeil et du transit, démangeaisons et, plus grave encore, troubles du comportement et de la vigilance, crises convulsives pouvant conduire à une hospitalisation… Depuis le début de l’année 2017, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) a recensé cinq cas graves d’intoxication et deux morts d’adolescents à la suite d'une overdose…

Le ministère de la Santé encadre la vente de médicaments codéinés

Jusqu’ici, les médicaments codéinés étaient en vente libre, souvent à un prix très bas, ce qui les rendait très faciles d’accès pour les adolescents. Mais ce mercredi 12 juillet 2017, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a signé un arrêté ministériel inscrivant les médicaments à base de codéine, et tous les dérivés de l’opium, sur la liste des médicaments pouvant être délivrés sur ordonnance uniquement. Cet arrêté prend effet immédiatement.

Alerté à plusieurs reprises par les autorités sanitaires, dont l’ANSM, le gouvernement semble avoir pris la mesure du danger que pose pour la jeunesse le détournement des médicaments codéinés. Avec cette mesure, le ministère de la Santé espère « mettre un terme à des pratiques addictives dangereuses et potentiellement mortelles ».