Les opportunités autour du marché du chanvre

23 %
La graine décortiquée de chanvre est composée de 23 % de protéines.

Alors que des études sérieuses démontrent que le marché du chanvre pourrait atteindre les 22 milliards d’euros en 2022, l’heure est aux spéculations sur les opportunités à prendre dans le secteur. Retour sur les plus probables. 

La France est le plus gros producteur d’Europe 

Selon les chiffres, la France est aujourd’hui le premier ou le deuxième producteur de chanvre d’Europe, et même du monde, juste après la Chine ! Bien qu’elle n’autorise pas l’usage et la vente de cannabis dit récréatif (c’est-à-dire possédant un fort niveau psychoactif), le chanvre est déjà utilisé dans le secteur cosmétique et beauté, ou bien pour réaliser des huiles, grâce aux graines de chanvre récoltées.   

Avec plus de 170 000 hectares exploités au cours des dernières années, la France pourrait constituer un marché d’emplois sans équivalent si le chanvre et ses utilisations étaient légalisés. Cela pourrait représenter des milliers d’emplois entre la culture, la récolte, le traitement et la conversion de la plante. D’ailleurs, en 2019, le Premier ministre Édouard Philippe a fait une demande d’étude pour exploiter ce type de culture dans la Creuse, ainsi que les impacts socio-économiques et écologiques à prévoir. Un premier pas qui en dit long sur les opportunités à saisir. 

Le chanvre est un produit d’avenir

Plus loin que la culture de masse et les opportunités économiques, les dérivés du chanvre, à commencer par ses molécules, très prisées en cosmétique, pourraient représenter une avancée dans certains secteurs. Là où le cannabis thérapeutique est mal vu et difficile à obtenir, le CBD, qui comprend des molécules de cannabis, peut être commercialisé sans difficulté. 

Mais déjà, comme dans le secteur de la santé ou de la beauté, le Cibdol est une référence : que ce soit pour lutter contre l’acné persistante ou prévenir le stress, ses extraits de chanvre 100% naturels présentent des atouts incontestables. Ainsi, développer la filière du chanvre dit de bien-être pourrait être favorable à l’économie, mais aussi aux habitants pouvant en bénéficier. Cela s’applique également à l’échelle européenne. 

Une législation en évolution sur le marché européen

De plus en plus d’approches écoresponsables souhaitent valoriser les bienfaits de cette plante, en mettant l’accent sur ses vertus naturelles. Un discours qui a des résonnances dans les secteurs de l’écologie ou de l’agronomie : le chanvre sert par exemple à créer des bioplastiques, et il s’avère qu’il s’agit d’un composant biodégradable. Lui trouver des utilités à grande échelle ne sera pas une difficulté.

À ce jour, la législation européenne encadre les plantations et la culture de chanvre : celles-ci doivent répondre à des critères précis pour la commercialisation, le premier étant que le taux de THC soit inférieur à 0,2% pour le plant, et de 0% pour le produit final. C’est justement le cas du CBD et d’autres dérivés qui trouvent leur place sur le marché de la santé ou de la beauté.

Il faut savoir qu’en Europe, 21 pays sur 28 ont à ce jour légalisé le cannabis à usage thérapeutique, avec des discussions en cours pour d’autres dérivés et procédés.

La rédaction d’Economie Matin n’a pas été impliquée dans la rédaction de cet article. Nous rappelons à nos lecteurs qu’ils se doivent de respecter les lois en vigueur, tant pour l’acquisition que pour l’utilisation d’huiles à base de CBD. En France, seules les huiles CBD dont le taux de THC est strictement inférieur à 0,2% sont autorisées à la vente, l'achat et la consommation.


A découvrir