Les revenus ont trois régulateurs systémiques

2 957 €
Le salaire brut mensuel moyen en 2014 était de 2 957 euros.

Les nations et des groupes de nations sont les plus hauts niveaux systémiques de la pratique des échanges économiques. À leur hauteur se trouvent trois régulateurs, l’un des revenus de placement, l’autre du revenu global, le troisième de la répartition du revenu total du travail.

Une politique économique qui ne tient pas explicitement compte cas de ces trois régulateurs est comme une machine construite par des ingénieurs qui en savent trop peu sur les lois de la mécanique. Il est vrai qu’une préparation méticuleuse s’impose pour arriver à bien situer les fonctions respectives de ces régulateurs. Ce que j’en dis ici n’est qu’un premier pas vers une telle préparation.

Les fonctions respectives des deux premiers

La restauration du plein-emploi dépend beaucoup de l’un de ces régulateurs. Dire, comme Helmut Schmidt le fit en 1974, que les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain oriente vers le discernement de ce régulateur. Mais ce résumé prête à confusions. L’épargne placée par les ménages en parts de financement permanent de sociétés, dont des coopératives, donne droit à des distributions aux placeurs de bénéfices. Des emplois nouveaux sont créés au moyen de ces mises de fonds. La somme de ces dernières n’a ni pour plafond ni pour plancher d’antérieurs bénéfices d’entreprise. Avoir pour principe qu’après sa création ou son rachat, une entreprise doit autofinancer son développement procède d’un raisonnement trop court. C’est aussi manquer de discernement que de mettre sur le même plan un capital social dont les apporteurs sont des personnes physiques et un capital social dont les détenteurs sont des établissements financiers ou d’autres sociétés commerciales. L’endogamie financière tenue pour normale instaure un capitalisme de complaisance qui court-circuite le régulateur des revenus de placement en fonction de l’état de l’emploi.

Le régulateur du revenu global pays par pays est une règle de trois inviolable. Encore très peu d’économistes reconnaissent que cette équation du premier degré a la très remarquable propriété d’intervenir à tous les niveaux de réalité des échanges économiques. Aux plus agrégés de ces niveaux, cette équation règle la répartition générale des revenus nationaux. Aux plus fins niveaux, jusqu’à celui de chaque référence dans un assortiment pouvant être très large (des milliers et des milliers d’articles en bien des cas), elle fait que les prix de vente par les entreprises sont plus ou moins lourdement inférieurs ou supérieurs à leur niveau objectif. Et plus dans ces prix il y en a de très inférieurs et de très supérieurs à leur niveau objectif, plus nous baignons dans l’économie du mensonge et de la manipulation.

L’un peut être débrayé, les trois sont négligeables

Le régulateur des revenus de placement en fonction de l’emploi peut être débrayé. La formule d’Helmut Schmidt ne fonctionne plus lorsqu’elle sert d’alibi pour rendre secondaires ou superflus les dividendes et primordiale la plus-value pourvoyant à la « création de valeur pour l’actionnaire ». Les entraves au fonctionnement de la régulation systémique de l’emploi ont été renforcées, tout au contraire de ce qui aurait été plus efficace pour contenir puis réduire le chômage structurel.

Bien que le régulateur de la répartition du revenu global soit inviolable, il est lui aussi négligeable. Les vendeurs de plus-values et les prosélytes du plus possible de redistribution poussent à cette négligence. Les manipulations affairistes des uns et les manipulations idéologiques des autres en viennent à être vues comme étant inhérentes au système.

L’authentique loi économique qui régit la répartition, nation par nation, du revenu total du travail constitue un troisième régulateur. Mais lui aussi est négligeable, quitte à repousser le constat que, quoi qu’on fasse, les plus hautes rémunérations du travail réduisent celles qui leur sont inférieures.

Bien étudier l’économie de marché

La technicité de ces choses ne paraît compliquée que pendant un temps. Au fur et à mesure que s’accumulent les encouragements académiques à les décrire avec un vocabulaire précis, les esprits s’accoutument. En tout état de cause, l’économie de marché est un système mal étudié si son approche exclut de voir que dans ses normes objectives se trouvent plusieurs régulateurs du générateur de revenus.


A découvrir

Dominique Michaut

Dominique Michaut a été directeur des études du Centre consulaire de formation de Metz puis conseiller de gestion, principalement auprès d’entreprises. Depuis 2014, il administre le site L’économie demain, dédié à la publication d’un précis d’économie objective (préface de Jacques Bichot).