Une nouvelle mesure pour les victimes de fraude à la carte bancaire

400
En France, la fraude à la carte bancaire a coûté près de 400 millions
d'euros en 2016.

Regarder ses comptes, et découvrir qu'ils ont été tout ou partie vidés par un escroc. Cela arrive à des centaines de milliers de gens en France chaque année. Bonne nouvelle, une nouvelle directive européenne, destinée à mieux protéger les épargnants, vient d’entrer en vigueur.

Le montant de la franchise largement baissé

Depuis le 13 janvier 2018, le titulaire d'une carte bancaire perdue ou volée, victime d'une fraude, doit payer une franchise de 50 € pour les opérations effectuées avant opposition (au delà de 50 €) et pour lesquelles le code confidentiel de la carte a été utilisé.

Auparavant, cette franchise était de 150 €. Grâce à la directive européenne baptisée DSP2, le montant de la franchise diminue donc de 100 €. 

Aucun remboursement pour un vol inférieur à 50 €

Pour mémoire, jusqu'à 50 € dépensés suite à un vol ou à une perte de carte, il n'y a aucun remboursement prévu (en cas d'utilisation du code de la carte).

Néanmoins, il n'y a pas de franchise à payer lorsque la perte ou le vol de la carte n'a pas pu être détecté avant la fraude ou lorsque la perte de la carte est le fait de la banque émettrice.

Le montant de la fraude sur les cartes en France a diminué de 4 % en 2016 par rapport à l'année précédente, à 399 millions d'euros, y compris en ligne, selon l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement de la Banque de France. Une première depuis la publication de statistiques à ce sujet en 2004 ! Cette baisse serait due essentiellement à la mise en place de mécanismes renforcés d'authentification.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.