L'Europe au chevet des salariés licenciés d'Air France

9,89 millions d'euros
Le Fonds Européen d'ajustement à la Mondialisation (FEM) devrait
verser un total de 9,89 millions d'euros aux salariés licenciés d'Air
France.

Le Parlement européen a voté à 549 voix pour (88 voix contre) l’octroi d’une aide qui profitera aux 1 858 salariés d’Air France licenciés en 2017. L’objectif : leur faciliter la reprise aussi rapide que possible d’une activité professionnelle.

Les salariés licenciés d’Air France seront indemnisés 4 833 euros par l’UE

Quand Air France licencie, l’Europe paie les pots cassés ! En l’occurrence, c’est le Fonds Européen d’ajustement à la Mondialisation (FEM) qui devrait, à condition d’avoir le feu vert des États membres de l’Union européenne, assurer l’indemnisation des 1 858 salariés de la compagnie aérienne française licenciés en 2017. C’est en tout cas le vœu du Parlement européen, qui a voté l’octroi d’une aide d’un montant total de 9,89 millions d’euros, soit 4 833 euros par salarié licencié.

Selon les pouvoirs publics français, à l’origine de cette demande d’aide, les licenciements à Air France étaient inévitables car dus à des « perturbations économiques graves » : une baisse de la part de marché de l’UE à l’international, une croissance plus lente du trafic aérien en Europe que dans le reste du monde et la montée en puissance des compagnies aériennes subventionnées du Golfe.

Air France : 4 200 emplois supprimés en 4 ans

La plupart des salariés licenciés en 2017 résident dans les régions Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Cette aide est censée leur servir pour se payer un conseil en orientation professionnelle en une formation dans la perspective d’un retour sur le marché du travail. Mais la piste de l’entreprenariat est également envisagée : ils pourront affecter cette somme au titre de subvention de démarrage.

Selon le syndicat CGT Air France, 4 200 emplois au sol ont été supprimés entre 2013 et 2017. « Notre groupe est empêtré depuis 2012 dans une logique d’économies drastiques où la réduction de la masse salariale est devenue l’Alpha et l’Omega de la politique d’entreprise, à Air France comme à HOP », déclarait en mai 2018 David Ricatte, l’administrateur salarié sortant du syndicat.


A découvrir