Italie : les géants de la livraison à domicile doivent embaucher 60.000 livreurs

4,7 MILLIARDS €
Au niveau mondial, le chiffre d'affaires de la livraison à domicile a
atteint 4,7 milliards d'euros.

Mauvaise nouvelle pour les géants de la livraison à domicile que sont Uber Eats, Just Eat, Deliveroo et Glovo : le procureur de la République de Milan, dans une conférence de presse qui s’est tenue le 24 février 2021, annonce leur obligation d’embaucher des dizaines de milliers de livreurs. Une enquête, menée par la Procura della Repubblica, se termine également avec des centaines de millions d’euros d’amende.

733 millions d’euros d’amende pour les plateformes de livraison

L’annonce a été faite le 24 février 2021, après une gigantesque enquête menée partout en Italie par les carabiniers. Uber Eats, Just Eat, Deliveroo et Glovo écopent d’une amende totale de 733 millions d’euros d’amende pour diverses violations du Code du travail et de la sécurité. Six représentants des quatre entreprises sont également sous le coup d’une enquête pour leurs responsabilités dans l’affaire.

Selon le procureur, Francesco Greco, l’enquête a poussé à analyser la relation entre les livreurs à vélo et les plateformes Internet. L’enquête a analysé « les conséquences des éventuels comportements en cas de chute dans le classement, et donc la possibilité de ne pas donner de travail à qui se serait arrêté pour des raisons de besoins physiques ». De cette analyse, les enquêteurs ont déterminé qu’il s’agissait bien « d’un rapport de travail subordonné ».

L’obligation d’embaucher plus de 60.000 livreurs

Cette relation de travail subordonnée justifie, selon les enquêteurs, que les travailleurs en question soient de véritables salariés des entreprises, ce qui pourrait remettre en cause leur business model. Outre les 733 millions d’euros d’amende, la Procura della Repubblica de Milan a également notifié aux entreprises leur obligation d’embaucher plus de 60.000 livreurs répartis sur l’ensemble du territoire italien. L’enquête, partie de Milan, s’est en effet très rapidement étendue sur toute la péninsule.

Uber Eats, en outre, est désormais sous le coup d’une enquête fiscale en Italie « pour vérifier qu’il soit possible d’établir l’existence d’une organisation occulte », a annoncé le procureur, Francesco Greco.


A découvrir