Livret A : collecte négative en septembre 2017

120 MILLIONS €
La collecte du Livret A a été négative de 120 millions d'euros en
septembre 2017.

Alors que le Livret A avait retrouvé des couleurs depuis la fin de l’année 2016 voilà que le tendance s’inverse. Difficile de dire si c’est un incident ou si les Français ont à nouveau décidé de déplacer leur épargne mais, selon les données de la Banque de France, c’est simple : en septembre 2017 la collecte sur le Livret A et le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) a été négative.

Les frais de septembre en cause ?

Septembre est un mois maudit pour l’épargne : chaque année il y a les frais de Rentrée qui viennent faire des trous dans le budget des ménages, surtout s’ils ont des enfants. De plus, il y a le traditionnel renouvellement des abonnements et des inscriptions aux clubs et autres activités. Et, bien évidemment, on ne peut pas oublier les impôts qui frappent de plein fouet : l’impôt sur le revenu, notamment, ainsi que la taxe foncière pour les propriétaires puis la taxe d’habitation sont envoyés dans les boîtes aux lettres des Français entre septembre et octobre.

Ces frais, rarement prévus en intégralité, pourraient expliquer une grosse partie de cette collecte négative du mois de septembre 2017. Surtout que la différence entre dépôts et retraits n’est finalement pas excessive par rapport à la tendance annuelle.

580 millions d’euros retirés des livrets défiscalisés

Selon la Banque de France, la collecte a été négative pour 580 millions d’euros. Les épargnants ont surtout vidé leurs LDDS (collecte négative de 420 millions d’euros) et en moindre mesure le Livret A (collecte négative de 120 millions d’euros). Sur l’année, toutefois, la collecte reste largement positive.

Depuis janvier 2017 les Français ont déposé sur les livrets d’épargne défiscalisés 13,99 milliards d’euros (en comptant la collecte négative de septembre 2017). Ces livrets se portent donc bien.

Reste à savoir ce que réserve le futur : le maintien du taux du Livret A et du LDDS à 0,75 % par le gouvernement et les nouvelles règles sur les assurances-vie qui sont discutées dans le cadre de la Loi de Finances 2018 ne permettent pas encore aux épargnants de faire des plans à court terme.


A découvrir