Loi santé : l'union syndicale des médecins

90 %
90 % des médecins libéraux ne sont pas syndiqués.

Après avoir avancé les élections des représentants de médecins aux URPS (union représentatives des professions de santé) Marisol Touraine comptait bien sur une division syndicale pour lui permettre de passer « en force » sa loi sur la modernisation de la santé.

Ces élections ont eu lieu, les mouvements de médecins qui se sont déroulés avant ces élections ont été catalogués par le ministère de « mouvements électoraux » alors que la colère grondait dans toutes les professions médicales. Ces élections ont rendu leur verdict, les syndicats les plus en pointe dans le combat contre la mort annoncée de la médecine libérale  ont fait une percée importante, allant dans certaines régions jusqu’à obtenir la majorité. Cela ne s’est pas passé sans grincements de dents, les services de communication du ministère ont bien tenté de faire passer dans les médias que les plus conservateurs de syndicats médicaux « avaient obtenu une écrasante majorité »

Malgré ces fausses informations, malgré quelques mots un peu forts échangés ça et là comme « les poujadistes ont gagné » ou alors « ce sont les médecins libéraux marginaux qui l’emportent »  Rien n’a empêché le mouvement de colère de s’étendre dans les cabinets médicaux. Pendant les élections des coordinations de médecins libéraux de la base s’étaient constituées spontanément, dépassant les clivages des dirigeants syndicaux. Un front uni contre les effets néfastes de la loi santé pour les patients, autant que  pour les médecins, en un mot pour la santé publique. Une preuve s’il en fallait une que la mobilisation du corps médical n’avait rien à voir avec les élections syndicales, grave erreur d’appréciation du ministère.

Aujourd’hui on peut dire que Marisol Touraine a obtenu un succès que jamais aucun autre ministre de la santé n’avait obtenu. Elle vient de créer le front uni syndical contre sa loi.  C’est la première fois que l’ensemble des médecins libéraux, syndicats, mouvements, associations, cliniques privées, se retrouvent totalement unis pour gagner la guerre contre la loi santé. Jamais nous n’avions vu une telle cohésion du corps médical pour sauver le système de soins Français, comme il existe depuis les ordonnances de 1945. Grâce à sa surdité et à son mépris du corps médical le gouvernement a enfin en face de lui une profession totalement dévouée à la santé des Français et totalement unie ou presque. Ajoutons que, choses unique dans les annales de la santé, le conseil de l'ordre national des médecins est aux côtés de ce front uni pour renforcer encore son impact.

Si j'ai ajouté "ou presque" c'est que les syndicats de médecins se sont mis d'accord sur un plus petit dénominateur commun. L'apparence est sauvée mais la CSMF et MG FRANCE, les deux syndicats qui régnaient sans partage jusqu’à ce jour, trainent les pieds pour entrer dans le véritable combat dont le mot d'ordre est  : Aucune négociation, retrait de la loi et assises de la santé pour réécrire un texte cohérent avec les professionnels de la santé. Les syndicats conservateurs sont toujours dans le combat du bout des lèvres, ils aimeraient bien "aménager cette loi" mais en aucun cas la voir retirer. La base qui est mobilisée refuse de voir leur combat détourné au profit de ces syndicats, rappelons que presque 90% des médecins libéraux ne sont pas syndiqués.
Black Friday, blocage sanitaire et retrait de la loi, c'est le combat de la base, des médecins et des autres professions de santé.

Les petites querelles de clocher ou de mesquines jalousies (généralistes, spécialistes, libéraux en cabinet, cliniques etc.) sont gommées en apparence. Black Friday sera un vendredi noir  le vendredi 13 Novembre 2015, nous verrons qui y participe. Ce jour là,  l’ensemble des cabinets médicaux sera fermé, un grand nombre de cliniques privées aussi dans un blocage sanitaire total de la France. Le mot d’ordre général est : « L’état veut tuer la médecine libérale, montrons lui ce que sera la France sans cabinet libéraux » Observant ce mouvement depuis ses débuts je peux affirmer que les réunions de cette semaine montrent une totale mobilisation qui sera sans égal dans l’histoire de la médecine de notre pays. Ajoutons que  ce blocage sanitaire est prévu pour une durée illimitée, les responsables questionnés répondent : Fermeture jusqu’au retrait de cette loi qui va tuer le système de soins Français. Il est aussi annoncé des blocages et manifestations à l'approche du 16 Novembre, jour ou cette loi revient théoriquement devant l'assemblée pour y être votée, mais rien n'est moins sur.

A quelques semaines des élections régionales, dans une période ou le gouvernement recule sur tout ce qui peut déranger, un blocage sanitaire fera certainement beaucoup d’effet. Rappelons quand même que si nos médecins ne se battaient pas (au prix de grand sacrifices quelquefois) cette loi qui nationalise la médecine,  qui prive les patients de leur libre choix du médecin, qui détruit le secret médical,  et qui donne notre système de soins aux assurances privées serait passée sans aucune réaction des principaux concernées que sont les patients que nous sommes tous.


A découvrir

Patrick Crasnier

Patrick Crasnier est diplômé en sciences humaines 3eme cycle en psychopathologie, après de longues années passées en cabinet libéral comme psychanalyste, blessé lors d’un attentat terroriste cesse cette activité en 1995. Continue comme photojournaliste, journaliste radiophonique (activités menées conjointement avec celle de psychanalyste depuis 1983) puis comme journaliste rédacteur au journal Toulousain et à l’écho des entreprises. Actuellement photojournaliste correspondant pour l’agence de presse panoramic, participe ponctuellement comme éditorialiste a sud radio et rédacteur dans plusieurs revues.