Le système de santé anglais laisse mourir ses patients dans les hôpitaux

1200 patients d'un hôpital public seraient morts faute de soins.

Etant un grand romantique, il est évident que le jour de la Saint-Valentin n'est pas pour moi une date particulière pour le plus grand malheur de ma chère et tendre épouse. Résultat la voilà obligée d'organiser les choses pour son mari et le forcer ainsi à quitter au moins pour quelques heures son antre et son ordinateur. Me voici donc embarqué pour quelques jours de l'autre côté du Channel chez nos « zamis » anglais à Londres. Alors je vais vous raconter brièvement Londres et les anglais en tout cas ce qui se voit rapidement en quelques jours et aussi grâce à la presse anglaise.

 

Un non système de santé

 

Actuellement le grand débat qui agite nos copains britanniques, c'est le NHS, qui est leur système de santé public et qui semble être une véritable catastrophe d'après ce qu'ils en racontent. Rien que dans un de leurs hôpitaux publics ils viennent de se rendre compte que 1200 patients sont morts faute de soins… en gros on les a laissés mourir. Les témoignages s'accumulent comme par exemple des malades obligés de boire l'eau des vases des fleurs… puisque personne ne songe à leur donner à boire.

D'après ce que j'ai pu comprendre, l'ancien Directeur de cet hôpital fort bien géré d'un point de vue financier et parfaitement dans la « trajectoire » (comme dirait notre Premier Sinistre) de la maîtrise des coûts a été promu à la tête du NHS c'est-à-dire de tout le système de soins… Bon d'un autre côté on lui avait demandé de ne pas dépenser, pas de soigner les gens. C'est vrai qu'il semble avoir connu une réussite exceptionnelle. Alors les autorités nationales face à la pression populaire se sont senties obligées de lancer une enquête dans 14 hôpitaux, connaissant ce qu'ils nomment pudiquement comme une « forte surmortalité »… C'est effectivement ce qui semble une bonne idée. Bref, vous l'aurez compris, le Royaume-Uni n'est pas en très bonne santé, sans aucun mauvais jeu de « maux » bien sûr.

Pas de Métro le Week-end

 

Bon l'autre chose qui frappe à Londres, quand on arrive, que l'on est touriste et que l'on traîne ses monstres qui ont des petites jambes, c'est que le samedi et le dimanche le métro est tout simplement fermé… « Closed » comme disent les anglais qui n'ont pas l'air choqué. Résultat, vous allez voir la parade de la Queen qui coûte tout de même une véritable fortune à la collectivité anglaise, avec un cérémonial aussi vieux et alambiqué que la Couronne royale… mais il faut le faire à pieds car l'essentiel des lignes de métro est fermé pour cause de travaux. Chez nous à la RATP (Rentre Avec Tes Pieds comme disent les mauvaises langues) force est de constater qu'en dehors des périodes de grèves il est rare de trouver grilles fermées y compris les week-ends puisque les agents de la régie des transports effectuent les travaux de maintenance la nuit.

Vous me direz qu'il y a les bus rouge à deux étages (grand succès auprès des petits monstres les bus à deux étages… surtout quand on monte à l'étage par un escalier qui ressemble plus à une échelle de corde en étant balloté dans tous les sens). C'est vrai. Ils ont de beaux bus. Mais il semble que la spécialité locale des bus soit de ne pas s'arrêter quand vous leur faites signe (je précise à l'arrêt de bus). Hé oui. Quand ils sont en retard ils ne marquent pas l'arrêt. A moins que les seuls anglais de Londres, qui subsistent, ne soient les chauffeurs de bus reconnaissant le look des touristes français… Vous avez déjà vu des bus de la RATP ne pas s'arrêter vous ? Moi (presque) jamais.

Beaucoup trop de français à Londres…

 

L'autre truc insupportable dans la capitale anglaise c'est le nombre d'étrangers. Franchement c'est un scandale de laisser une immigration submerger à ce point le britannique de souche. Je peux le dire sans que vous me taxiez de racisme car à Londres l'étranger c'est moi !!! Plus sérieusement si vous voulez entendre parler anglais je pense que ce n'est pas la ville où aller.

Lire la suite


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.