Louer son logement à des vacanciers en LMNP

32 900 €
Le plafond pour louer en LMNP (loueur meublé non professionnel) est de
32 900 euros par an.

La location de logements entre particuliers explose en ces temps de crise économique qui n’en finit pas.

La tentation est grande de récupérer un petit pécule, mais ce type de location doit figurer sur votre feuille d’impôt. Il existe deux cas où les revenus tirés de la location ne sont pas imposés. Dans la situation où le propriétaire loue une ou plusieurs pièces de sa résidence principale à une autre personne en tant que résidence principale, les loyers ne seront pas imposés s‘ils demeurent "fixés dans des limites raisonnables". Cette dernière s’établit à 184 euros/m2/an en Ile-de-France et à 135 euros partout ailleurs. Exemple : un ménage loue une pièce de 15m2, à Toulouse, à un étudiant. Les revenus seront défiscalisés si le loyer mensuel ne dépasse pas 168 euros. L’autre cas s’applique aux locations occasionnelles. Les revenus seront exemptés d’impôts s’ils ne dépassent pas 760 euros par an.

Louer en LMNP

Pour les autres cas, le statut LMNP (loueur meublé non professionnel) s’impose. L’avantage principal du LMNP est de pouvoir déclarer ses revenus tirés de la location sous le régime fiscal micro-BIC (bénéfices industriels et commerciaux), s’ils ne dépassent pas le plafonds de 32 900 euros par an. Dans ce cas, le propriétaire bénéficie d’un abattement fiscal de 50% sur les revenus locatifs. Exemple : le même ménage que précédemment loue un studio meublé (obligatoire) de 40m2, toujours à Toulouse, à 500 euros par mois. Les revenus locatifs s’élèvent à 6 000 euros l’année. Ils ne paieront des impôts que sur 3 000. Dans le cas où les revenus de la location dépassent 32 900 euros par an, le propriétaire est dans l'obligation de se déclarer sous le régime réel. Point d’abattement fiscal cette fois, mais il est possible de soustraire toutes les charges (frais d’agence, travaux, charges…) des loyers perçus. À noter que le propriétaire peut décider de se déclarer sous le régime réel même si ses revenus locatifs ne dépassent pas le plafond des 32 900 euros, l’inverse n’étant pas possible.


A découvrir