Lunettes : une manne fiscale de 2 milliards d'euros par an

293 euros
Pour 29 millions d'assurés, le reste à charge moyen sur les lunettes
s'élève à 293 euros.

Selon les calculs du comparateur Seneque.io, les lunettes médicales sont le produit le plus taxé en France, et qui rapporte 2 milliards d’euros par an à l’État.

Lunettes : un reste à charge moyen de 293 euros pour la moitié des Français

Malgré une prise en charge des dépenses optiques par l'assurance santé en forte hausse depuis 2006 (elle est passée de 55 % à 71 % entre 2006 et 2015), les lunettes sont toujours très chères en France. Selon une étude de Seneque.io réalisée en partenariat avec jalma Health Services, seuls 15 millions de salariés bénéficient d’une prise en charge à 100 %, alors même que pour 29 millions d’assurés (soit plus de la moitié de la population adulte), le reste à charge moyen s’élève à 293 euros.

Parmi ces 29 millions d’assurés, 12 millions sont porteurs de verres progressifs, en grande majorité des retraités, pour qui le reste à charge moyen avoisine les 400 euros. Les retraités se retrouvent d’ailleurs dans une situation doublement désavantageuse, puisqu’ils ont les besoins les plus élevés en termes d’optique médicale et paient l’intégralité de leur cotisation, contrairement aux salariés qui bénéficient généralement d’une prise en charge à 50 % ou plus de leur cotisation santé par l’employeur.

Les lunettes, le produit le plus taxé ?

Outre « les inégalités choquantes dans les restes à charge » qu’a induit le passage du taux de prise en charge de 55 % à 71 %, cette réforme a eu « un effet fortement inflationniste pour les assurés », rappellent les auteurs de l’étude. Car cette amélioration de la prise en charge s’est accompagnée d’un quintuplement de la taxe d’assurance, qui est passée de 2,5 % en 2006 à 13,27 % en 2015. Ainsi, selon les calculs de Seneque.io et jalma Health Services, pour bénéficier d’une amélioration de 2 milliards d’euros de leur prise en charge par les assureurs, les assurés ont dû débourser 3,1 milliards d’euros supplémentaires, dont 660 millions d’euros de taxes et 450 millions d’euros de frais d’assurance.

Mais le cauchemar ne s’arrête pas là. Étant déjà taxées au taux normal de la TVA de 20 % (contrairement à une grande majorité des autres biens médicaux, qui bénéficient d’une fiscalité avantageuse), les lunettes et lentilles de contact sont également assujetties à une taxe d’assurance de 13,27 % qui s’applique sur 71 % de la dépense. Il en résulte une taxation globale de 30 %, ce qui fait de l’optique médicale le produit le plus taxé en France. Pour l’État, ces prélèvements sont générateurs de 2 milliards d’euros de recettes fiscales par an, estiment les auteurs de l’étude.


A découvrir