Malwares : une victime sur trois a déjà subi des préjudices financiers

83 %
83 % des utilisateurs ont été victime de malware sous Windows.

Une étude réalisée par Kaspersky Lab et B2B International révèle que près de la moitié des internautes (45 %) ont été confrontés à des logiciels malveillants l’an passé et que, dans la plupart des cas (81 %), cela a eu des conséquences particulièrement négatives pour ces utilisateurs et leurs équipements.

Le malware le plus fréquent touche principalement les ordinateurs Windows

· 83 % des utilisateurs déclarent en avoir été victimes au cours des 12 derniers mois sur ordinateurs Windows,
· 13 % sous Android,
· et 6 % sous Mac OS X font état d’infections sur leurs équipements.

Quels sont les différents types d’infections ?

· 12 % des personnes interrogées pensent avoir été contaminées après une visite sur un site Web suspect ;
· tandis que 8 % évoquent l’utilisation d’une clé USB (ou d’un autre périphérique ne leur appartenant pas) ou encore l’installation d’une application malveillante se faisant passer pour un programme légitime ;
· 7 % d’entre elles estiment qu’elles ont été infectées après l’ouverture d’une pièce jointe ;
· les plus nombreuses (13 %) n’étaient cependant pas en mesure d’expliquer comment le malware s’était retrouvé sur leur machine.

4 infections sur 5 sont à l’origine de problèmes informatiques pénalisants pour leurs victimes

· Dans 35 % des cas, les utilisateurs ont constaté un ralentissement de leur ordinateur,
· 30 % de la publicité agressive (leur navigateur étant par exemple redirigé vers des sites Web indésirables)
· et 20 % la présence de programmes non sollicités sur leur machine.

Parmi les effets les plus néfastes d’une infection figurent des modifications des paramètres du navigateur ou du système d’exploitation à l’insu de l’utilisateur (17 %), la perte (10 %) ou le vol (8 %) de données personnelles, des publications ou commentaires non autorisés sur les réseaux sociaux (9 %) et le piratage de leur webcam (6 %).

Les préjudices financiers au cœur des attaques de malwares

11 % des participants à l’enquête ont déclaré avoir eu à verser une rançon à des cybercriminels pour débloquer un appareil ou décrypter des fichiers personnels et 6 % après une infection par un ransomware.

Globalement, un tiers (33 %) d’entre eux ont subi un préjudice financier à cause d’un malware.

En plus d’avoir à verser une rançon, les victimes ont dû effectuer des dépenses pour la restauration d’un équipement ou de données, pour l’achat d’un logiciel de nettoyage, voire pour remplacer leur matériel. En cas de perte financière, le coût moyen d’une attaque s’élève à 160 dollars.

« Les coûts et les effets néfastes d’une infection par malware peuvent être évités avec un peu de prudence. Par exemple, ne pas insérer de clé USB non vérifiée, n’utiliser que les boutiques d’applications officielles, installer les mises à jour du système d’exploitation et des applications, analyser les fichiers avec une solution de sécurité avant de les ouvrir. La capacité de prévoir les problèmes potentiels et de prendre des précautions est la clé de la sécurité », explique Tanguy de Coatpont, Directeur Général de Kaspersky Lab France et Afrique du Nord.

Kaspersky Internet Security – Multi-Device et Kaspersky Total Security – Multi-Device protègent les appareils Windows, OS X et Android. Ces solutions sont conçues pour contrer un large éventail de menaces, notamment les malwares qui interceptent des mots de passe, les tentatives d’accès non autorisé aux webcams, les malwares cryptographiques, les failles dans des applications courantes, etc. Kaspersky Lab compte également dans son arsenal des applications gratuites pour différentes plates-formes, permettant de rechercher les infections ou vulnérabilités sur un équipement.


A découvrir

Tanguy de Coatpont

Tanguy de Coatpont, 44 ans est nommé directeur général de Kaspersky Lab France en juillet 2012.

Diplômé de l’ESPEME du groupe EDHEC, Tanguy a occupé plusieurs postes à responsabilités dans l’univers du channel dans des grandes entreprises telles que AVAYA, 3 COM ou encore NEC Philips Business Communications.

Il rejoint Kaspersky Lab en 2007 et prend la tête de la division Grands Comptes dès 2009.

En janvier 2012, il est nommé directeur commercial de Kaspersky Lab France et Maghreb.