Le marché de l'intérim en berne : des acteurs tirent leur épingle du jeu

7,6 %
Le marché de l'intérim est en baisse depuis plusieurs mois et fait les
frais de la hausse du nombre de CDI signés.

Le secteur de l’intérim connaît un recul depuis plusieurs mois comme le montrent les récents chiffres parus par l’organisation professionnelle du travail temporaire Prism’Emploi.

Le repli de 7,6% est national : toutes les régions françaises connaissent une baisse du travail temporaire et cela concerne l’ensemble des secteurs d’activité. Indicateur de tendance en matière d’emploi et d’économie, ce recul envoie un signal négatif. Pour le moment, le taux de chômage a nettement reculé pour atteindre les 8,7%, taux le plus faible depuis dix ans. 

Un marché globalement en baisse

À lire les chiffres brutes de Prism’Emploi, ce recul touche l’ensemble du marché de l’intérim. Les facteurs de cette baisse sont multiples, comme le précise Isabelle Eynaud-Chevalier, déléguée générale de Prism’Emploi. Ainsi, la baisse dans le secteur industriel peut s’expliquer par le ralentissement de l’Allemagne qui a vu ses exportations chuter, et donc par ricochet, touche la France. De même, la crise des Gilets Jaunes a eu un effet négatif sur la filière transport. Une autre explication qui permet de temporiser le recul du travail temporaire est la hausse record du nombre d’embauche en CDI en France, et ce malgré une croissance au ralenti. 

Ce recul ne touche pas l’ensemble des acteurs du marché : certains s’en sortent beaucoup mieux et connaissent une croissance continue. Les acteurs traditionnels et les mastodontes sont les plus exposés à ce recul. La croissance concerne davantage les nouveaux entrants : ces pure-players qui bousculent les codes du secteur. 

Tout le marché est il en recul ? Non ! Des acteurs comme MisterTemp’ font même mieux que résister

Les pure-players de l’intérim sont des agences en ligne, au même titre que les néo banques par exemple. Le principe reste le même : aucune rencontre physique avec le candidat et le déploiement est national puisqu’il n’y a pas besoin d’avoir une agence sur place. La dématérialisation des inscriptions et l’automatisation des procédures administratives permettent d’accélérer la mise en poste des intérimaires. Ces nouveaux acteurs, comme une agence d’intérim classique l’ensemble de la chaîne de valeur : du sourcing du candidat à la contractualisation. 

Ce marché de l’intérim en ligne est en pleine croissance : le leader MisterTemp’ a par exemple déjà mis en poste plus de 20.000 personnes depuis le début d’année, et pense finir l’année autour de 35.000 personnes mises en poste. « Nous ne pensions pas que les entreprises nous feraient si vite confiance sur cette offre d’intérim digital. Nous avons signé depuis le lancement du projet plus de 5.000 clients, dont des grands comptes tels que Colas, Foncia, Galeries Lafayette, Primark ou encore Trigo », explique Alexandre Pham.

Pour les entreprises, faire appel à des agences d’intérim digitales s’explique pour plusieurs raisons : la rapidité de la mise en relation avec les candidats grâce à la possibilité d’accéder à la base de candidats inscrits, et H24 et 7 jours sur 7 ; et la fiabilité des candidats grâce à un système d’évaluation qui permet de ressortir les meilleurs candidats. Le dernier argument, qui intéresse notamment les grands comptes, est la compétitivité tarifaire. En effet, les prix appliqués vont être jusqu’à 20% moins chers que proposés par les acteurs traditionnels.

Le cas de l’agence d’intérim en ligne MisterTemp’

Lancée en 2017 par le groupe d’intérim et de recrutement MisterTemp’ Group, la plateforme MisterTemp’ a connu une croissance continue pour devenir le leader de l’intérim en ligne en l’espace de deux ans. Ce succès repose notamment sur un puissant algorithmes de matching allié avec une parfaite connaissance du monde de l’intérim. MisterTemp’ est bien sûr présent dans toute les grandes villes, et vient concurrencer les agences d’intérim à Bordeaux, Marseille, Toulouse… Mais aussi dans toutes les villes où il y a peu d’agences physiques, notamment dans le monde rural.

« Nous avons fini 2018 avec un chiffre d’affaire de 23,6 millions et nous prévoyons d’atteindre les 50 millions en 2019, soit une croissance de 100%. Ce léger repli du secteur ne nous fait pas peur, au contraire. Nous avons lancé MisterTemp’ Group en 2009, alors que nous étions en pleine crise économique. Cela ne nous a pas freiné dans notre développement. Pour rester dans la course, il faut être agile et savoir s’adapter aux attentes des clients mais également des intérimaires.», précise Alexandre Pham, co-président de MisterTemp’ Group. 

L'intérim digital est encore au stade de poids-plume sur ce marché qui pèse plus de 20 milliards d’euros. Pour autant, il aura son rôle à jouer dans les années à venir puisqu’on estime qu’il passera à 10% d’ici 2025 pour peser 2 milliards d’euros, ce qui représentera plus de 400.000 personnes ayant effectuées une mission d’intérim sur une année.


A découvrir