Météo France alerte sur le risque d'intoxication au monoxyde de carbone

3 600
Entre septembre 2015 et mars 2016, plus de 3 600 personnes ont été
intoxiquées accidentellement.

Avec une centaine de décès en moyenne par an, le monoxyde de carbone est la première cause de mortalité accidentelle par substance toxique en France. Or en cas de vague de froid, comme actuellement, les risques d'intoxications au monoxyde de carbone augmentent, rappelle Météo France.

Maux de têtes, nausées et fatigue, symptômes d'une possible intoxication

Entre le 1er septembre 2015 et le 31 mars 2016, 3 608 personnes ont été intoxiquées accidentellement, majoritairement à leur domicile. Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz toxique, très difficile à détecter car il est inodore, invisible et non irritant. Il est émis lors de la combustion incomplète de bois, gaz, charbon ou essence.

En période de grand froid, mais aussi de redoux ou encore d'intempéries inhabituelles, soyez vigilant : les appareils de chauffage, notamment les chaudières et chauffe-eau, les poêles et cuisinières, les cheminées et inserts, sont davantage utilisés et leur fonctionnement peut être perturbé.

Quels sont les dangers du monoxyde de carbone ? Le CO inhalé prend la place de l'oxygène dans le sang, en se fixant sur les globules rouges. L'organisme n'est plus oxygéné correctement. S'en suivent maux de têtes, confusion mentale, nausées, vertiges, fatigue, malaises ou encore paralysie musculaire. Son action peut être rapide : dans les cas les plus graves, il peut entraîner en quelques minutes le coma, voire le décès. Les personnes intoxiquées gardent parfois des séquelles à vie.

Comment éviter les intoxications ? 

Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent concerner tout le monde. Afin de limiter les risques, il convient d'adopter les gestes de prévention suivants : avant chaque hiver, faire systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d'eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié.

Tous les jours, et même quand il fait froid, aérer au moins 10 minutes son logement, maintenir les systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et de ne jamais obstruer les entrées et sorties d'air.

Respecter systématiquement les consignes d'utilisation des appareils à combustion indiquées par le fabricant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d'appoint en continu ; placer impérativement les groupes électrogènes à l'extérieur des bâtiments ; ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue, etc.

Que faire en cas d'intoxication supposée ?

Maux de tête, nausées, malaises, vomissements, etc. peuvent être le signe de la présence de monoxyde de carbone dans votre logement. Dans ce cas : aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres, arrêtez si possible les appareils à combustion, évacuez au plus vite les locaux et bâtiments, appelez les secours.

Dernière chose : ne réintégrez pas les lieux avant d'avoir reçu l'avis d'un professionnel du chauffage ou des pompiers !


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.