Migration ou invasion : dans tous les cas une horreur

24 000
François Hollande a annoncé vouloir accueillir 24 000 migrants en
France.

L’Europe entière a été émue par la photo montrant ce petit garçon mort dans la mer, émotion légitime orchestrée par les médias. Cette manipulation de l’émotion et de la culpabilisation est difficile à accepter. Même le journal libération qui a « laissé passer cette image » s’excuse par un communiqué de ne pas l’avoir « exploitée » Rassurez vous ils rappellent dans leur communiqué que « les migrants » ils n’ont pas attendu l’image pour les aider par des articles.

Je sais, nous sommes comme au moment de Charlie, il est mal venu de ne pas être d’accord, tant pis je prends le risque. Je n’étais pas Charlie je ne serais pas Aylan !

Pourquoi me direz-vous écrire mon désaccord sur ce qui pourrait paraître comme incontournable et obligatoire. Non pas que je ne sois pas ému devant cette photo, je suis un être humain et a ce titre la mort d’un enfant m’atteint. Je m’élève contre la manipulation et la récupération qui en est faite et je m’en explique.

Il y a des mois que des personnes fuyant les pays en guerre arrivent sur les côtes de Grèce avec ses cohortes de morts, je me dis alors pourquoi celui-ci, pourquoi avoir attendu pour montrer des images. Nous aurions pu avoir les mêmes il y a un an. Un enfant mort sur une plage, au retour des vacances, est ce que cela va plus choquer que de montrer les morts de froid dans nos rues en hiver ? Est-ce que cela va plus choquer que de montrer les nombreux enfants qui meurent de faim dans leurs pays sans les fuir ?

La migration qui ressemble beaucoup aux dires de certains à une invasion pose de nombreuses questions pour lesquelles les médias ne font qu’affleurer le sujet. Pourquoi par exemple les chrétiens d’orient massacrés ne fuient pas en Europe, peut être sont ils tous morts. Cette question est importante, certains pourrais penser que ce ne sont pas les musulmans qui sont les plus en danger dans les pays musulmans.

Autre sujet de questionnement, le père des enfants morts, qui lui est bien vivant, va enterrer ses enfants dans la Syrie qu’il a fuie au risque de la mort de sa femme et de ses enfants. Cela ne pose-t-il pas la question de son retour en Syrie ? Que pourraient faire ceux qui lui ont permis cette sépulture, pour permettre à de nombreux migrants de rentrer et de vivre chez eux ? Cette question n’est pas politiquement correcte, sauf a dire que ceux qui viennent en Europe n’y viennent pas pour fuir mais bien pour s’y installer. La mémoire historique des peuples déplacés en Europe du fait des guerres montre que nombre d’entre eux ne cherchaient qu’à retourner dans leur pays. Là nous avons bien l’impression que ce n’est pas le cas, le père l’Aylan sera de retour en Europe par avion pour devenir Européen.

Je sais certains vont dire qu’il n’est pas correct d’user de tels arguments, à ceux là je leur répondrais qu’il n’est pas plus correct de surfer sur la vague des migrants pour récupérer des voix. Un seul exemple en haute Garonne, Christophe Borgel, député socialiste très impliqué dans la campagne des régionales, demande à des communes de sa circonscription d’accueillir des migrants. Là encore l’émotionnel prime sur le rationnel et les médias multiplient les reportages sur ces maires qui ouvrent leurs portes, leurs bras, et leur commune. Ces reportages montrent de très beaux logements « qui attendent les migrants » alors que dans toutes ces communes des familles en grand danger social attendent des logements depuis les lustres sans avoir aucune réponse. Cela ne vous choque pas, moi si.

Les seuls qui parlent avec un peu de bon sens ne sont pas écoutés « car ils ne sont pas socialistes » et pire « ils pourraient être du front national. » Le moindre bons sens qui ferait analyser pourquoi les canadiens refusent l’immigration de la famille d’aylan alors que la tante vie à Vancouver. Le bon sens qui ferait dire « mais pourquoi les pays musulmans proches de la Syrie n’accueillent-ils pas les migrants ? »

Enfin pour terminer avec cette question qui est posée à demi-mot sans jamais être mise au devant des arguments. Qui a déstabilisé ces pays ? A qui profite ce chaos ? Qui veut la mort de Bachard el Assad et de son peuple ? Et pour terminer qui ira libérer ces pauvres gens dans leur pays comme notre pays a été libéré en 1940.


A découvrir

Patrick Crasnier

Patrick Crasnier est diplômé en sciences humaines 3eme cycle en psychopathologie, après de longues années passées en cabinet libéral comme psychanalyste, blessé lors d’un attentat terroriste cesse cette activité en 1995. Continue comme photojournaliste, journaliste radiophonique (activités menées conjointement avec celle de psychanalyste depuis 1983) puis comme journaliste rédacteur au journal Toulousain et à l’écho des entreprises. Actuellement photojournaliste correspondant pour l’agence de presse panoramic, participe ponctuellement comme éditorialiste a sud radio et rédacteur dans plusieurs revues.