Mistral : la vente annulée va coûter 2 milliards à l'Etat... donc à vous

5 MILLIONS ?
Les Mistral, en restant à quai, coûtent déjà de un à cinq millions
d'euros par mois.

On l'avait vu venir gros comme un Mistral. Comme si François Hollande allait s'en sortir aussi bien après son affront face à Moscou. Au final, le refus de livrer les navires ne coûtera pas ''seulement'' 1,2 milliards d'euros à la France. Mais bien plus.


Qui, ici, pensait qu'il était vraiment possible que la France ait à dédommager la Russie d'un montant en dessous du prix d'achat des Mistral ? Moscou avait passé commande de deux navires pour 1,2 milliards d'euros. Le remboursement de la France, tiré directement de votre portefeuille, flirte finalement au-delà des 2 milliards d'euros.


Un accord loin d'être exhaustif

C'est le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian qui avait indiqué que le montant exact de la somme versée par la France à la Russie serait inférieur au prix d'achat initial de 1,2 milliard d'euros. Et c'était ce que semblait indiquer le texte sur l'accord obtenu le 5 août avec Moscou. Mais Le Canard enchaîné révèle dans son édition de mercredi 12 août que le montant de la facture pourrait s'élever à plus de 2 milliards d'euros à la charge du Trésor. En effet, de nombreuses dépenses n'ont pas été prise en compte dans ce calcul annoncé par le gouvernement.

Tout d'abord, en plus du remboursement des 896 millions d'euros qui avaient été avancés par les Russes, la France doit rembourser au moins un milliard d'euros supplémentaires à cause "les frais engagés pour aménager le port de Vladivostok". Soit "l'adaptation en version maritime de 32 hélicoptères K52 emmenés par les navires", ainsi que "la formation de 400 marins".

Un énorme manque à gagner
 

Le Canard Enchaîné ajoute à cela la marge que l'Etat doit payer au vendeur public des navires, la DCNS. On parle alors de quelques 350 millions d'euros.

La Russie tient ensuite à ce qu'on lui envoie "la totalité des équipements électroniques"des deux navires. Ces travaux, suivis du remplacement de ces équipements dans l'objectif d'une revente des bateaux, coûterait "sans doute pas loin de 200 millions d'euros", selon un proche du dossier cité par l'hebdomadaire.

Pour finir, Le Canard enchaîné n'oublie pas de dresser la liste des "manques à gagner" qu'engendre l'annulation de ce contrat pour Moscou. Pour DCNS, Thales et Safran, cette annulation, c'est "faire une croix sur [un]contrat de plus d'un demi-milliard", calcule le journal. Il ajoute qu'"au moins 400 millions d'euros d'activité des chantiers de Saint-Nazaire disparaissent"avec ces contrats.

Vendre les Mistral à tout prix
 

Et ces Mistral qui nous restent sur les bras, qu'est-ce que nous allons en faire ? Sur RTL le 6 août, Jean-Yves Le Drian avait fait savoir que "un certain nombre de pays ont fait savoir leur intérêt" pour racheter les Mistral. Parmi eux, l'Inde, le Brésil et le Canada semblent être les acheteurs les plus probables.

La question est à trancher très rapidement. Car les Mistral, en restant à quai, coûtent déjà de un à cinq millions d'euros par mois.  

 


A découvrir

Lea Pfeiffer

Née en 1994, Léa Pfeiffer débute des études en journalisme audiovisuel à l'ISCPA de Paris une fois sortie bachelière de l'Ecole Boulle. Elle écrit occasionnellement des articles pour Economie Matin et le Journal de l'Economie. En parallèle, Léa Pfeiffer a déjà réalisé deux documentaires : "Aveugles 2.0", et "Capitale Zéro Déchêts". 

@aloonontheweb