Lenglet découvre l'ampleur des pénuries !

3,4 %
L'Insee prévoit une inflation à 3,4% sur un an en juin 2022.

Je ne me lasse pas de contempler le niveau d’informations des médias dits « mainstream », que l’on pourrait traduire par « grand public » ou encore par médias « dominants » en bon français.

Il faudra attendre l’édito du 16 Février de l’an de grâce 2022 (source RTL ici) pour que le Sieur François Lenglet découvre l’ampleur des pénuries qui touchent l’économie mondiale. RTL vient donc d’informer ses auditeurs qu’il manque certaines choses dans les rayonnages comme dans les usines !

Remarquez bien que je ne me plains pas du niveau des médias « dominants ». Plus ils sont mauvais plus vous êtes nombreux à rejoindre la communauté des impertinents et des grenésiens (les habitants du grenier). Mais tout de même.

Que dit-il donc l’expert cathodique et sérieux de l’économie mainstream ? Voici le titre de son édito qui résume bien ses propos.

Pénurie de matières premières : la situation est « incroyable », alerte Lenglet

« Les stocks mondiaux de la plupart des matières premières sont quasi-vides : métaux, produits énergétiques et biens agricoles, la jauge est au plus bas.

La situation est incroyable et touche à la fois les métaux, les produits énergétiques et les biens agricoles. Pour le cuivre par exemple, les réserves mondiales de métal jaune sont de 400 000 tonnes, soit moins d’une semaine de consommation mondiale. D’après le Financial Times, la raison est une trop forte demande.

Même chose pour l’aluminium : nombre de producteurs ont été contraints d’arrêter leurs usines, en France, à Dunkerque notamment, à cause du coût croissant de l’énergie. Il y a également de fortes tensions sur le lithium, ce métal rare qui sert à faire des batteries de voitures électriques. Les ventes de ces véhicules dits « propres » ont quasiment doublé en 2021 par rapport à l’année précédente, atteignant presque six millions d’exemplaires dans le monde. Et en 2022, la demande devrait excéder l’offre de 6 % ».

A ce niveau-là du raisonnement de notre lumière médiatique vous devez comprendre qu’il n’y a pas assez de ressources naturelles pour construire en même temps des voitures électriques pour tout ce petit monde ! Et qui dit pénurie de ressources dit pénuries de produits finis à partir d’un certain moment et hausse des prix avant la pénurie l’ajustement se faisant toujours par le prix dans les cas où la demande excède l’offre. Vous allez donc avoir de gros problèmes pour vous déplacer dans les années qui viennent (et sans doute des listes d’attente pour avoir une voiture ou une camionnette neuve) mais Lenglet ne va pas aussi loin. Il ne faut pas affoler la ménagère de moins de 50 ans !

« Pareil pour les matières premières agricoles. Le bon vieux café par exemple : les réserves sont au plus bas depuis vingt-deux ans. Les pommes de terre de Belgique et les légumes du Canada connaissent eux aussi des situations inhabituelles, à cause de mauvaises conditions météorologiques associées à une forte demande. Les récoltes de canne à sucre pourraient être inférieures de 60% à l’habitude. Idem pour les produits de l’industrie agro-alimentaire comme la farine et le sucre ».

Plus que le réchauffement climatique qui « m’en touche une sans faire bouger l’autre » comme disait de manière fort élégante mais très drôle l’un de nos anciens présidents de la République, ce sont ses conséquences à savoir le dérèglement climatique qui nous pose un véritable problème. On peut même imaginer de manière assez raisonnable que le dérèglement climatique va plutôt être durable et peut-être même s’amplifier, ce qui aura régulièrement des impacts négatifs sur nos récoltes, alors que des milliards de gens sont devenus solvables, je pense à la classe moyenne chinoise et aussi indienne. Cela va en faire du déséquilibre offre/demande, mais Lenglet ne va pas aussi loin. Il ne faut pas affoler la ménagère de moins de 50 ans !

« L’énergie est aussi touchée. Les stocks de gaz en Europe sont au tiers de leur niveau habituel. Pas de risque de pénurie cet hiver, mais si l’on ne parvient pas à les reconstituer, la situation sera tendue en automne 2022. En ce qui concerne le pétrole, les prix continuent de grimper en raison de l’offre qui n’est pas suffisante ».

Bien sûr que nous sommes en pénurie d’énergie, partout en Europe, et dans le monde. La Chine coupait l’électricité 3 jours sur 7 il y a encore un mois et demi !! Plus personne ne veut investir dans le pétrole, puisqu’il ne faut plus utiliser de pétrole, donc les prochains barils de pétrole coûteront toujours de plus ne plus cher, il y aura de moins en moins de capacité d’extraction comme de raffinage car l’industrie du pétrole et du gaz est gérée en « extinction ». Tant que notre transition n’est pas terminée cela va poser de gros problèmes économiques. Mais Lenglet ne va pas aussi loin. Il ne faut pas affoler la ménagère de moins de 50 ans !

« Enfin, certains produits industriels sont aussi concernés. Les puces électroniques, dont on a souvent parlé, mais aussi le papier et les matériaux d’emballage, ce qui va bientôt handicaper l’industrie agro-alimentaire. C’est bien simple, on manque de tout. Même de capacités de transport par bateaux. Les transporteurs refusent même d’embarquer des meubles comme des canapés, trop volumineux, sinon à des prix onze fois supérieurs à l’habitude ».

Quand on dit que l’on manque de tout dès que la croissance mondiale est un peu forte et « synchrone » comprenez simultanée et partout dans le monde, il faut comprendre qu’en réalité nous n’avons plus assez de tout pour tout le monde en même temps. Cela signifie que nous « butons » sur la réalité de nos capacités finies dans un monde fini alors que nous voulons faire une croissance infinie. Nous avons atteint les limites. Mais Lenglet ne va pas aussi loin. Il ne faut pas affoler la ménagère de moins de 50 ans !

« L’économie continue de fonctionner, mais elle ralentit dans certains secteurs. Les usines sont arrêtées momentanément, dans la métallurgie ou dans l’automobile par exemple. Et quand bien même on peut se fournir, les prix sont considérablement plus élevés. L’aluminium est au plus haut depuis treize ans. Le pétrole approche les 100 dollars. Le café a doublé en un an. La pomme de terre bintje a pris 180 %, Le Lithium, 400 %, en un an également. Le papier est au plus haut depuis plusieurs décennies« .

Quand des usines s’arrêtent faute d’approvisionnement et de ressources c’est que nous sommes entrés dans une économie de la pénurie. Ce n’est pas agréable. Mais Lenglet ne va pas aussi loin. Il ne faut pas affoler la ménagère de moins de 50 ans !

Et notre économiste sérieux, de plateaux, pas de grenier campagnard comme moi, de conclure assez justement et tout aussi pudiquement…

« Les perturbations des chaînes de production et des mines à cause du Covid-19, la baisse de l’investissement pour extraire les matières premières (notamment pour le pétrole), la forte demande à cause d’une reprise inhabituelle et synchrone dans toutes les régions du monde, et les aléas climatiques pour l’agriculture viennent expliquer ces fortes hausses. Ce sont tous ces surcoûts additionnés qui se répercutent sur nos étiquettes. Et on peut s’attendre à ce que ce ne soit pas terminé ».

C’est une belle formule qui n’affolera pas trop la ménagère de moins de 50 ans !

Nous, nous savons que la situation est totalement pourrie et moisie. Trop de dettes, plus de croissance forte possible sans atteindre les limites physiques de disponibilités de nos ressources. Bref, vous l’avez compris, c’est la décennie de la pénurie et le dire comme cela ne rassurera pas notre ménagère, mais une ménagère avertie en vaut 2, une ménagère préparée en vaut 4 !!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.