Noël : la moitié des Français va moins dépenser pour les fêtes qu'en 2017

570 €
En 2018, le budget moyen pour les fêtes de fin d'année sera de 570
euros.

Selon un sondage Odoxa, 48% des Français vont moins dépenser pour les fêtes de fin d'année en 2018 qu'en 2017. Seuls 9% des sondés affirment qu'ils vont débourser davantage qu'il y a douze mois.

48% des Français comptent dépenser moins qu'en 2017 pour les fêtes de fin d’année

Un Français sur deux (48%) compte dépenser moins qu'en 2017 pour les fêtes de fin d’année, selon un baromètre Odoxa publié pour RTL et FG2A, publié mercredi 19 décembre. Et seuls 9% des sondés assurent qu'ils débourseront plus d'argent qu'en 2017. Pour rappel, le budget moyen sera au final de 570 euros (cadeaux, repas, voyages).

Les stars de Noël 2018 seront à trouver aux rayons hightech et électroménager : 4 Français sur 10 (38%) comptent acheter l’un de ces objets en cadeau et 1 sur 5 mettra un smartphone ou une tablette. Mais cela n'empêche pas les consommateurs d'être inquiets. Pour les produits hightech et les smartphones, une crainte de la « casse » angoisse 6 Français sur 10 (58%). Et on le comprend aisément : aujourd’hui près d’1 Français sur 4 (24%) a un écran de smartphone abîmé/cassé.

Les Français ont anticipé leurs dépenses et privilégié Internet

Selon une étude Cofidis-CSA Research, dévoilée mardi 20 novembre, deux Français sur trois ont anticipé leurs dépenses, notamment les personnes avec des enfants (71%, +4 points par rapport à 2017). La moitié des sondés a même mis de l'argent de côté tout au long de l'année, soit un tiers des Français (32%). Enfin, pour optimiser leur budget, près de six Français sur dix (59%) prévoient de préparer le repas eux-mêmes et 36% des consommateurs comptent sur les promotions d'avant Noël pour faire leurs emplettes.

Et il s'agit d'une bonne idée en 2018 puisque le mouvement des Gilets Jaunes a perturbé les achats des Français. Les blocages et autres manifestations ont même poussé les consommateurs à acheter sur Internet. Au final, les commerçants voient leur activité reculer de 40% pour les plus petits et de 15% pour la grande distribution, selon les estimations de Bercy. Le manque à gagner a même été estimé à un milliard d'euros par Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution.


A découvrir