Dans notre monde, les coqs pondent et les poules ont des dents !

Quand on vit dans un pays ou une zone de pays, où l?on jette des
billets sur des foules en délire en donnant de l?argent à tout le
monde, cela veut dire que les coqs pondent et que les poules ont des
dents.

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Nous vivons dans un monde totalement incroyable au sens premier du terme, où ce n’est plus le principe de réalité qui dirige le monde, mais une immense fiction imaginaire portée par des dirigeants et des mamamouchis qui s’affranchissent tout simplement du réel pour imaginer vivre dans un monde qui n’existe que dans leur esprit et qu’ils imposent par la force « soft » (et de moins en moins douce, demandez aux Gilets Jaunes éborgnés).

Il est évident que tout être humain est capable d’amour comme de haine ainsi que de la totalité des sentiments qui existent sur la palettes des émotions, de la même manière que toute vie est précieuse. Il n’en reste pas moins que socialement nous pensons que la PMA ou la GPA ou la théorie du genre permettent d’avoir deux papas, deux mamans et toutes les combinaisons possibles parce qu’il n’y a pas de réalité mais des choix. Ce que nous pensons socialement, nous le pensons exactement de la même façon économiquement. Il n’y a plus non plus de réalité. Il n’y a que des « choix » de nos autorités monétaires.

Nous vivons donc dans un monde où socialement les coqs doivent pouvoir pondre parce que l’on doit pouvoir choisir de le faire, et économiquement, nous vivons dans un monde où les poules ont des dents puisque les taux d’intérêt sont négatifs ce qui veut dire que l’épargne n’a plus de valeur, l’argent non plus et que quand vous empruntez vous remboursez moins que ce que l’on vous a avancé…

La BCE va-t-elle faire neiger des billets à Noël?

Comme le dit cet article du Figaro « l’hypothèse paraît baroque. On soupçonne un effet secondaire d’un visionnage compulsif de la série La casa de papel dont la saison 3 met en scène un largage par dirigeable de billets de banque sur des Madrilènes estomaqués. En réalité, les économistes et autres spécialistes de la chose monétaire envisagent bel et bien la possibilité d’une telle distribution, le dirigeable en moins. Eux parlent d’«helicopter money» »

Vous vous souvenez ce que je vous disais il y a quelques mois et presque un an ?

« La FED si elle continue à monter les taux va entraîner un effondrement systémique mondial d’anthologie, la FED va donc cesser ses hausses de taux rapidement ». Ce qui devait se passer s’est bien passé et c’était prévisible.

De la même façon que la hausse des taux n’était pas possible, il y a autre chose qui n’est plus possible, surtout après la révolte des Gilets Jaunes qui a marqué l’Europe entière et qui peut allumer un incendie capable de se transformer en révolution… c’est l’austérité !

Vous ne le savez pas encore, les Gilets Jaunes ne le savent pas encore eux-mêmes, mais en réalité ils n’ont jamais été aussi proches de la victoire !!

La victoire c’est quoi ?

C’est la victoire contre l’austérité économique.

Et c’est cela que vous dit Lagarde.

Nos Etats sont beaucoup trop endettés pour rembourser les dettes dans un contexte de croissance anémique.

Alors que reste-t-il comme possibilité ?

Simple.

Soit l’austérité, terrible, atroce et le mouvement des Gilets Jaunes n’est qu’une répétition générale de troubles bien plus graves, soit la fuite en avant monétaire pour desserrer le carcan économique et monétaire.

Ne vous y trompez pas.

L’austérité n’avait aucune chance de réussir parce qu’évidemment elle est insupportable pour un pays aux fragilités sociales comme le nôtre. Ce qui était possible en Grèce et que la souffrance des Grecs a été grande, n’est tout bonnement pas possible ni en France, ni en Italie.

Le système sait que politiquement c’est la fin des européistes si l’Europe c’est la rigueur et les coups de bâton… alors, ouvrons les vannes, au point où nous en sommes et « perdus pour perdus », même l’Allemagne commence à comprendre et à admettre la terrible réalité de l’économie européenne et mondiale !

L’austérité c’est fini, vive donc la relance, mais Lagarde commencera par de la « Rilance »

Oui Lagarde va commencer par un hybride de relance et de « sérieux budgétaire » pour sauver les apparences et uniquement les apparences. Pour le reste la monnaie va pleuvoir sur les marchés obligataires, sur les États, et peut-être au bout du compte aussi sur les citoyens.

Est-ce une bonne nouvelle ?

Oui et non !

Oui parce que cela veut dire que l’austérité sera moins violente et que c’est bon pour les faibles et les plus fragiles parmi nous, que cela fait gagner du temps à tout le monde, et que ce système vivra un peu plus longtemps.

Non, parce qu’au bout du compte, quand on vit dans un pays ou une zone de pays, où l’on jette des billets sur des foules en délire en donnant de l’argent à tout le monde, cela veut dire que les coqs pondent et que les poules ont des dents.

Chacun sait que dans les fictions imaginaires politiques et économiques c’est possible, mais dans la réalité, c’est impossible.

Cela implique que l’écart entre la fiction imaginaire collective qui confine à l’hallucination collective, et la réalité est en train de grandir dangereusement.

Il arrivera un moment où après tout cela, les masses se rendront compte que les poules n’ont pas de dent… ce sera alors la perte de confiance généralisée et la crise monétaire.

Cela implique, logiquement, que vous devez profiter de ces périodes d’argent gratuit pour basiquement, accumuler des actifs tangibles qui eux, ont une existence réelle dans la vraie vie.

Tout le reste n’est que fiction et finira en fumée lorsque la collision avec le mur de la réalité aura eu lieu.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae.


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.