Clément Méric et Esteban Morillo : portraits croisés de deux jeunes manipulés

Clément Méric est mort à l'âge de 19 ans.

OPINION

Clément Méric est mort, Esteban Morillo en prison. A qui la faute ? A quoi la faute ?

 

A gauche, un intello issu de la bourgeoisie de province, fils de profs de fac... et à droite, un jeune travailleur, fils d'artisan immigré espagnol. Non, non pas d'erreur ...! Bilan : deux jeunes vies anéanties : l'une par la mort, l'autre par le remord. Deux familles effondrées et un climat de vengeance exacerbé par une récupération politique indécente, irresponsable et criminelle.

La faute à "pas d'chance" ? Parce que bien évidemment, il ne s'agissait pas de "mourir pour des idées" ni d''assassinat politique" comme on a pu le lire dans les médias aux ordres, mais d'un effroyable accident dû à la bêtise de ces jeunes manipulés, à l'immaturité, à l'inconscience d'un garçon  de 66 kg pour 1.80m décrit par la bien-pensance comme un "mastodonte" et d'un gringalet de 60 kg pour environ 1.73m... Un drame dont la responsabilité incombe à ces abrutis de politiques de gauche et fanatiques qui exploitent ces jeunes.

 

Méric et Morillo avaient rejoint un groupe extrémiste

Deux garçons d'une vingtaine d'années, à peine sortis de l'enfance. Leurs parents vivent dans le Gers à Pavie pour Clément et en Picardie à Neuilly-Saint-Front pour Esteban, ils étaient donc éloignés de leur famille et livrés aux influences délétères de leurs environnements respectifs. De leurs voisins concitoyens d'origine, ils sont décrits tous deux comme de "gentils garçons"...

 

Étrangement, ils sont tous deux végétaliens et acquis à la cause animale. N'est-ce pas étrange d'ailleurs ? On apprendra qu'en fait, c'est probablement le motif de la querelle qui a dramatiquement dégénéré, Clément ne supportant pas que des skinheads (non redskins de gauche) puissent défendre une même cause que lui. Esteban était "fiché" comme cible avec d'autres garçons et filles sur un site Antifa. La seule photo qui circule d'un Esteban souriant est prise aux côtés de militantes lors d'une manifestation pour les animaux ! On dispose par contre, de nombreuses images de Clément souvent masqué et toujours entouré des extrémistes de sa bande. Il s'opposera à la Manif Pour Tous en tenant une banderole "L'homophobie tue"... Malheureusement, le décervelage aussi !


Chacun a rejoint depuis moins d'un an un groupuscule extrémiste (Antifa à gauche pour Clément et Jeunesses nationalistes révolutionnaires JNR à droite pour Esteban). Tous deux s'éclataient avec les copains dans des bagarres de rue : Clément excellait dans la provocation, l'agitation propagandiste (agit' prop'), Esteban dans la riposte éventuelle et les manifestations contre les forces de l'ordre. Tous deux étaient fichés par la Direction du renseignement : Clément était, selon une source policière citée par l'AFP, connu comme agitateur appartenant à un groupe de militants d'extrême-gauche "qui recherchent la confrontation" avec ceux d'extrême-droite, Esteban lors d'une vérification, pour port d'un "coup de poing américain" en 2011.

 

Un bourgeois de gauche contre un prolétaire de droite

Clément Méric est Français "de souche", né à Brest où il vécut jusqu'à son arrivée à Paris pour ses études. Esteban Morillo est né à Cadix. Fils d'immigrés espagnols (comme Manuel Valls), il grandit à Neuilly-Saint-Front, petit village de 2000 habitants près de Château-Thierry. Clément, fils de profs de la fac de Droit à Brest*, fonctionnaires retraités (déjà ?) est un brillant étudiant à l'IEP Paris. Esteban, fils d'artisan (salaire brut 2750€ /mois selon l'INSEE) et de mère au foyer, travaille comme agent de sécurité. Ce sont "ses effets vestimentaires" propres à l'extrême droite qui mettent fin à l'apprentissage en boulangerie d'Esteban. "Il a dû faire de mauvaises rencontres" affirme le maire de Neuilly-Saint-Front car "connaissant la famille, il n'aurait jamais dû aboutir là".

Esteban a une amie Katia, et Clément...? Il semblait au premier abord, être accompagné de son père lors de la vente privée selon les témoignages. Qui est cet homme plus vieux, plus fort, qui selon les témoins, l'encourageait à chercher des noises aux trois amis d'Esteban dont Katia ? Sur les photos qui ont circulé, Esteban souriant semble épanoui. Clément sur les images est souvent masqué, toujours à l'affut, craintif observateur ou se faufilant entre les "balèzes" (le service de sécurité de la manif PourTous s'était interposé pour le portéger) ou bien faisant tourner machinalement sa grosse chevalière prête à servir.

A la caisse du magasin de la rue Caumartin fréquenté par les skinheads de droite et de gauche, Clément accompagné de quatre copains a cherché la bagarre en injuriant le groupe adverse et en menaçant ces trois personnes dont selon le Figaro, Katia l'amie d'Esteban qui l'a appelé à l'aide. L'un des skins raisonnablement, a tenté de calmer Clément d'un geste d'apaisement "tranquille, tranquille on est là comme toi pour faire notre shopping" explique dans cette vidéo un témoin de la scène. Un autre a montré son petit doigt en disant "il est tout maigrichon et il nous provoque ?"

Clément voulait l'affrontement physique, au moins entre sa bande et celle d'Esteban... Il est établi qu'Esteban cognait à mains nues contrairement à ce que les médias ont relayé. Par contre aucun journaliste ne parle de la grosse chevalière que Clément tournait à son doigt en fonction de la tension. On a vu en boucle à la TV, le témoignage d'une fille pleurant Clément dont les propos s'avèrent contredits par l'ensemble des autres témoins présents et semble-t-il par l'instruction en cours... Mais aucune rectification dans les journaux.

Clément Méric a cherché la bagarre

 

On nous serine que la rencontre dans le cadre de la vente privée était "fortuite". En ce cas, je me répète mais comment se fait -il que sur un site Antifa contre les protecteurs des animaux "fascistes" (de droite) figurent des photos de "cibles" dont celle d'Esteban, avec "demande d'identification" ? Aurélien, Christine, Nathalie, Manu, Elsa, Sébastien... sont toujours dans le collimateur d'Antifa...

Clément est mort dans une rixe qu'il a lui même provoqué."Ce n'était pas une tête brûlée, c'était un militant politique, il ne se lançait pas dans des bastons à l'aveuglette" indique un IEP Paris à "Libération". Pas à l'aveuglette ? On nous dit que Clément sortait d'une leucémie. Si c'est exact, il s'agit d'un cancer des cellules de la moelle osseuse, une maladie grave qui affaiblit considérablement. Etait-il donc suicidaire ce pauvre garçon, pour chercher l'affrontement physique ? En plus de l'embrigadement fanatique, était-il drogué pour agir de la sorte ? L'autopsie, j'espère a vérifié mais on ne le saura sans doute jamais. Pas politiquement correct !

Esteban a riposté et tué sans le vouloir. En se défendant lui et son amie, il ne pouvait deviner qu'il avait à faire à un convalescent ! "C'est un gamin de vingt ans qui risque son avenir pour une bagarre qui a mal tourné. Il n'a rien d'un combattant" expliquait un des gardés à vue après le décès de Clément Méric, "il le vit très mal"
Grâce à Dieu, le juge d'instruction n'a pas retenu l'homicide volontaire, qualification pourtant choisie par le Parquet à l'ouverture de l'information judiciaire. Les premiers éléments de l'enquête établissent définitivement que le suspect n'a pas eu l'intention de tuer Clément, le provocateur.

Samuel Lafont, militant actif anti-loi Taubira, aurait pu tout aussi bien y rester lorsqu'il fut poignardé le 18 mai en marge de la Manif PourTous (Cf "Silence ! on poignarde !") . Le pouvoir a étouffé son agression à l'arme blanche à coup d'"hypothèses" toutes plus farfelues les unes que les autres (Après des Roms, des Brésiliens, voilà des Cubains) Pourquoi ce même pouvoir monte-t-il en épingle la mort de Clément Méric gauchiste dans une bagarre qu'il a cherché , si ce n'est pas parce que ce drame sert sa propagande nauséabonde contre l'opposition, contre les familles de la "Manif Pour Tous" en particulier ?

Le gouvernement a sa part de responsabilité dans la mort de Méric

A l'heure où le gouvernement en profite pour évoquer la dissolution des mouvements d'extrême droite mais ne fait aucune mention de ceux d'extrême gauche au moins aussi dangereux et plus agressifs que les premiers, le leader des JNR, Serge Ayoub a raison d'insister que "Ce n'est pas anodin de s'appeler chasseurs de skins, ce n'est pas anodin de se dire anti-fa, ce n'est pas anodin de chercher partout à lutter contre un fascisme qui n'existe pas..."

Pour ma part, compte tenu des appels au meurtre et à la vengeance émanant des Antifas soutenus par la gauche, j'ai le sentiment que les extrémistes de droite étaient le dernier rempart contre la folie idéologique socialo-marxiste. Sans les gros bras de droite, ceux de gauche pourront s'amuser à "casser du droitard" dans les Manif pour Tous  et ailleurs ! J'espère qu'aucun rugbyman sous chimiothérapie et chaussé de rangers, ne croisera jamais une de ces bandes de fachos de gauche ! De mon côté, je vais abandonner celles de scouts des enfants et mettre mes Doc Martens rouges, j'aurai peut être une chance de faire illusion et m'en sortir ?
Bref, tout cela est dramatiquement absurde. Quels abrutis, quel gâchis !

Si l'on prend un peu de recul face à l'émotion de ces deux vies foutues qui nous bouleverse tous, il ne fait aucun doute que le gouvernement actuel entretient savamment la violence des mots et des gestes, la répression arbitraire ou la complaisance, le sectarisme haineux, la désinformation par une propagande qui crée les perversions aboutissant à ces drames humains... Clément et Esteban sont tous deux victimes de la subversion étatique, L'un est mort pour y avoir cru, l'autre est en prison pour en avoir été la cible.

Le mal est fait et tout ce petit monde médiatique et politique s'en lave les mains !

©Calculette pour revolte.exprimetoi.com
(Une mère veilleuse... à sa façon)

*émoluments du couple environ 8200€/mois bruts selon l'INSEE