Des motos aux couleurs de Peugeot bientôt de retour sur les routes

47 MILLIONS
Peugeot Motorcycles va investir 47 millions d?euros sur trois ans.

Des motos griffées Peugeot sur les routes ? C’est l’ambition de Peugeot Motorcycles, qui a présenté un plan de relance pour produire de nouveau des deux roues.

Peugeot Scooters, qui change de nom pour devenir Peugeot Motorcyles, a annoncé cette semaine la relance de la production de motos, des modèles de moyenne cylindrée (125 à 300 cc), un « segment en croissance » selon Costantino Sambuy, le PDG de l’entreprise. Le groupe est détenu depuis 2015 à 51% par le groupe industriel indien Mahindra (le groupe PSA possédant le reste du capital). Un plan de relance de 47 millions d’euros sur trois ans a été mis sur la table pour produire de nouveau des motos, mais aussi des scooters haut de gamme et développer l’électrification des véhicules.

Des motos et l’électrification en ligne de mire

L’usine de Mandeure, dans le Doubs, sera la principale bénéficiaire de cette enveloppe, a assuré la production sans toutefois précisé la ventilation entre la ligne française et les sites asiatiques. Sept véhicules « de rupture » seront produits à l’horizon 2020, dont quatre dans l’usine de Mandeure. La production du site français va doubler dans l’intervalle, passant de 6 700 unités produites en 2018 à 11 500 véhicules d’ici 2020. L’usine va également accueillir la fabrication des scooters haut de gamme et c’est là que sera développé l’électrification des modèles.

Licenciements à prévoir

Toutefois, la direction de Peugeot Motorcyles n’avait pas que de bonnes nouvelles à partager. En parallèle de cet investissement, l’entreprise va également mettre en place un plan de licenciements : 90 postes vont être supprimés à Mandeure, sur un effectif total de 373 salariés. Les départs volontaires seront privilégiés, mais s’ils sont insuffisants, Peugeot Motorcyles n’exclut pas des licenciements secs. Le plan de départ se terminera en mars 2019. Depuis 2015, la société accuse des pertes de 70 millions d’euros.


A découvrir