Moustiques : quels sont les produits les plus efficaces ?

1,60 €
L'aérosol Insectivor vendu à 1,60 euro est aussi efficace sur les
moustiques que le premier de sa catégorie (Pyrel), tout en étant deux
fois moins cher.

Bzzz pic, et repic, pic derrière. Vous connaissez, et ça énerve une bonne partie de l’été. Mais souvent, on hésite à utiliser des produits anti moustiques parce que l’on se dit que ce n’est pas forcément bon pour la santé.

Des produits moins nocifs

Et bien j’ai une bonne nouvelle pour vous. Tous ces produits ont fait de vrais grands progrès. D’abord, leur efficacité. Dans sa dernière livrée, le magazine 60 millions de consommateurs compare une trentaine de produits vendus chez vos commerçants habituels, pas besoin d’aller les chercher très loin ou de commander des trucs spéciaux sur Internet.

Verdict ? Quasiment tous sont efficaces, il n’y a pas de vilain mouton noir qui ne marche pas du tout. Tous les répulsifs, à pulvériser directement sur la peau, ont des notes allant de 17 à 13,5 sur 20. La meilleure note revenant à ceux dont l’efficacité est la plus longue, 8 heures, contre seulement 6 heures pour le moins bien noté.

Des aérosols efficaces

Du coté des aérosols, à diffuser donc dans une pièce, même chose : tous sont trés efficaces ou efficaces, sauf 1 seul, qui reçoit une note inférieure à 10. Enfin, les prises, elles aussi, sont toutes très bien notées côté efficacité, mais en revanche, elles sont mal notées côté toxicité éventuelle.

Evidemment les prises, on oublie de les débrancher la journée, et elles fonctionnent même quand il n’y a pas d’insectes à tuer. A l’inverse, les répulsifs à mettre sur la peau utilisent pour la plupart des substances naturelles, et innoffensives pour l’homme et les animaux. À utiliser donc sans modération.

 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).