Pour un nouvel envol professionnel : négociez votre depart

57 %
L'allocation de retour à l'emploi (allocation chômage) est de 57% de
votre rémunération brute initiale.

En cette période d’incertitude, le premier réflexe que l’on peut avoir est de privilégier la prudence en conservant son poste actuel. Pour autant, est-ce la meilleure stratégie ? En effet, les périodes de crise nous enseignent généralement que ce sont là, bien souvent, des contextes privilégiés pour tourner la page, pour s’engager dans de nouveaux projets et oser se créer de nouvelles perspectives professionnelles. Pour cela, mieux vaut néanmoins sécuriser votre transition.

Votre départ de l'entreprise peut aussi avoir des avantages

Votre entreprise, en raison de difficultés ou d’une réorganisation, peut éventuellement trouver intérêt à votre départ. Vous pouvez également être confronté à une nouvelle organisation qui vous met de côté, à une absence d’évolution professionnelle satisfaisante, à une mésentente avec votre hiérarchie, à une situation susceptible de provoquer un burn-out ou encore à un retour d’expatriation incertain. Dans ces situations (non exhaustives), il peut être de votre intérêt de provoquer votre départ tout en obtenant des indemnités vous permettant d’aborder cette transition professionnelle avec sérénité. A cela, il conviendra d’ajouter la prise en charge d’un outplacement qui vous permettra de mieux définir votre projet professionnel et de lui donner toutes les chances d’aboutir au plus vite.

Ces éléments s’ajouteront au bénéfice de l’allocation de retour à l’emploi (allocation chômage) qui vous sera versée par Pôle Emploi à hauteur de 57% de votre rémunération brute initiale durant une durée maximale de 24, 30 ou de 36 mois en fonction de votre âge (attention toutefois au risque de dégressivité de -30% pour les rémunération supérieures à 4.500 euros bruts dans l’hypothèse où cette disposition de la réforme de l’assurance chômage serait appliquée, ce qui n’est pas connu à ce jour).

Définissez votre stratégie de négociation

Pour tout cela, il vous faut définir une stratégie de négociation afin que votre employeur trouve intérêt à payer pour votre départ. Pour des cadres dirigeants ou supérieurs, cette stratégie peut reposer sur des leviers de discussion relatifs à l’image de l’entreprise, à sa communication, à son organisation et son management, à ses relations clients et partenaires etc. La définition d’une stratégie crédible et pertinente est essentielle pour la réussite de cette négociation.

Ce travail, ainsi que le déroulement des différentes étapes de discussion avec votre employeur, nécessitent du temps et de la détermination. Cet exercice s’apparente, au final, à un jeu d’acteur dont l’objectif est notamment de rééquilibrer le rapport de force en votre faveur.

Limiter les risques financiers et partir en bons termes avec votre employeur actuel

L’objectif fondamental est de parvenir à une solution acceptable qui vous ouvrira la voie vers un nouvel envol professionnel tout en réduisant les risques financiers de cette transition. L’objectif est également de partir en bons termes avec votre employeur, sans perspective de contentieux et en sauvegardant votre image auprès de vos anciens collaborateurs, de vos anciens collègues mais aussi dans la perspective de prises de références ultérieures.

Dès lors que vous n’avez pas démérité dans l’exercice de vos missions et dès lors que vous êtes confronté à certaines difficultés inhérentes à votre employeur, il est normal que vous puissiez envisager une nouvelle vie professionnelle avec un maximum de sécurité et de sérénité.

Pour cela : négociez votre départ.


A découvrir

Stéphane Dassé

Animé par la volonté d'aider des cadres supérieurs et dirigeants à aborder les phases les plus délicates de leur carrière, Stéphane Dassé a créé et développé, durant ces dix dernières années, un cabinet dont l’objet est de les accompagner pour négocier au mieux le départ de leur entreprise. Il leur apporte son expérience en stratégie de négociation, son sens politique pour faire évoluer les rapports de force ainsi que le recul nécessaire pour appréhender correctement ce type de situation.

Il est également co-auteur du livre « Négociation de départ : tous les secrets des pros » publié aux éditions Eyrolles. Son site : www.negociation-de-depart.com.