Panne Nintendo : le combat d'UFC-Que Choisir passe au niveau européen

60 %
60% des utilisateurs de la manette ont subi des dysfonctionnements
après à peine 1 an d'utilisation.

Dans son combat contre Nintendo et l'obsolescence programmée de ces Joy-Con, UFC-Que Choisir passe un cap et s'allie au Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC).

Une enquête menée sur les manettes Nintendo au niveau européen

Depuis novembre 2019, UFC-Que Choisir se bat contre Nintendo aux côtés des consommateurs. En cause, les pannes multiples des manettes Joy-Con Drift. L'association a ainsi dénoncé l'obsolescence programmée des manettes du créateur de jeux vidéo japonais. Après avoir déposé plainte en septembre 2020 contre Nintendo France, UFC-Que Choisir passe un nouveau cap et se lance dans un combat au niveau européen en s'alliant au Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC).

En décembre 2020, l'alliance UFC-Que Choisir et BEUC a lancé une enquête au niveau des consommateurs européens pour déterminer si le phénomène avait une ampleur supranationale. Cette enquête, il résulte que « Les résultats consolidés de ces appels à témoignages ne se sont pas fait attendre, puisque ce sont près de 25 000 consommateurs européens qui ont confirmé avoir rencontré cette même panne, le fameux « Joy-Con Drift ». À la surprise des consommateurs, les manettes ont, dans la plupart des cas, subi ce dysfonctionnement après à peine 1 an d'utilisation (pour environ 60 % des consommateurs interrogés, et même moins de 6 mois pour 25 %) ! »

Une alerte lancée auprès des institutions européennes

Face aux résultats de leur enquête, UFC-Que Choisir et le BEUC ont décidé de porter l'affaire au niveau des institutions européennes en déposant une alerte auprès de la Commission européenne et des Autorités Nationales de Protection des Consommateurs. Ils reprochent à Nintendo d'avoir recours à des pratiques commerciales trompeuses, agressives et déloyales.

Cette alerte va permettre le lancement d'une enquête officiel au niveau européen et national. UFC-Que Choisir espère qu'à la suite de cette enquête une décision « contraignante et commune soit prise par les autorités de protection de consommateurs concernées, notamment celles d'imposer à Nintendo de remédier aux défaillances prématurées de ces manettes, de réparer gratuitement les manettes défectueuses et d'informer les consommateurs sur la durée de vie limitée des manettes. »


A découvrir