Noël : un tiers des Français optent pour la consommation collaborative

60 %
Près de 60 % des sondés anticipent des difficultés à boucler leur
budget « fêtes de fin d'année ».

Qui dit fêtes de fin d'année, dit cadeaux, décoration et repas d'exception. Continuer à se faire plaisir sans se retrouver les poches vides est devenu un véritable sport national pour les Français à la veille des fêtes de fin d'année. Ainsi, pour plus d'un tiers d'entre eux, le meilleur système D consiste à se retrouver sur les plateformes d'échange, de vente ou de location entre particuliers pour optimiser leur budget.

Offrir un jouet d'occasion, un acte "malin" ?

C’est du moins ce qu’il ressort de l'étude AlloVoisins/Toluna : près d'1 Français sur 3 est prêt à avoir recours aux plateformes collaboratives pour optimiser son budget « fêtes de fin d'année ». 57 % d'entre eux considèrent cela comme une nouvelle façon de consommer en phase avec leurs valeurs, et 47 % estiment que ce mode de consommation prend tout son sens à l'occasion des fêtes en privilégiant l'entraide et la solidarité.

Alors qu'il y a encore quelques années, on pouvait ressentir une certaine gêne à offrir un objet ou un jouet d'occasion, ce comportement est de plus en plus souvent perçu comme un acte "malin", plutôt que "radin". 

« On le voit, les Français sont de plus en plus décomplexés lorsqu'il s'agit de faire de bonnes affaires sur les sites d'achat, de vente ou de location entre particuliers. Cela devient un réflexe malin, qui cumule les avantages : réaliser des économies, consommer responsable, faire jouer la solidarité.  Et les fêtes de fin d'année ne font pas exception, bien au contraire. Ainsi, les échanges entre particuliers seront, à n'en pas douter, le crédo de nombreux Français à Noël cette année ! », souligne Édouard Dumortier, PDG d'AlloVoisins. 

Une nouvelle façon de consommer

Si la consommation collaborative a le vent en poupe, les raisons ne sont pourtant pas uniquement budgétaires. Ainsi, plus de la moitié des personnes interrogées déclarent qu'il s'agit pour elles d'une nouvelle façon de consommer, en phase avec une approche raisonnée qu'elles appliquent déjà dans leur quotidien.   

Enfin, à Noël, il n'y a pas que les cadeaux qui grèvent le budget. Décorer le sapin, dresser une belle table, préparer un repas de fête : tout cela peut vite faire grimper l'addition. Alors, plutôt que d'acheter un joli service, des chandeliers ou une nappe scintillante, qui ne serviront probablement qu'une fois dans l'année, certains choisiront de les emprunter. De la même façon, au lieu d'investir dans une sorbetière et une gouttière pour préparer l'incontournable bûche glacée, ces accessoires indispensables se loueront en un clic chez son voisin, le temps d'une soirée ou d'un week-end.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.