La barre des 4 millions de chômeurs largement franchie fin 2020 ?

3,1 %
En 2019, le chômage avait baissé de 3,1%.

La crise du coronavirus Covid-19 ne fait que commencer… et les premiers chiffres de la croissance ou encore la consommation sont déjà très inquiétants. L’Unédic en rajoute une couche le 18 juin 2020 avec son estimation… du nombre d’emplois détruits entre fin 2019 et fin 2020. Sans surprise, ils sont des centaines de milliers.

L’Unédic s’attend à 900.000 emplois détruits en 2020

Dans un communiqué de presse publié le 18 juin 2020, l’Unédic, qui gère le régime d’Assurance-chômage et donc l’indemnisation des chômeurs en France, donne ses premières estimations concernant l’impact de la crise du Covid-19 sur l’emploi. Ses prévisions sont simples : entre le quatrième trimestre 2019 et le quatrième trimestre 2020, ce sont 900.000 emplois qui seront détruits. Et ce chiffre n’est qu’une estimation pouvant, logiquement, évoluer.

Selon l’Unédic, ces destructions d’emplois vont entraîner une augmentation de 630.000 du nombre de personnes au chômage et indemnisées par ses services. De quoi entraîner des records dont l’Unédic se serait bien passée : 25,7 milliards d’euros de déficit et 63,1 milliards d’euros de dette fin 2020.

Une dégradation de sa situation financière qui est en grande partie issue de la prise en charge du chômage partiel pour l’ensemble des Français en confinement. Au total, l’Unédic a ainsi indemnisé 3 millions de chômeurs et 9 millions de salariés en avril 2020, écrit-elle dans le communiqué.

Au moins 4 millions de chômeurs fin 2020 en France

L’emploi va donc fortement souffrir de la crise du Covid-19 : le gouvernement s’y prépare alors que les plans de licenciement se multiplient. Air France, Renault, certains médias… les annonces de suppressions d’emplois et plans d’économies massifs sont quotidiens depuis le début de la crise et, surtout, depuis le déconfinement.

Ainsi, donner une estimation du nombre de chômeurs fin 2020 n’est pas compliqué… en prenant le chiffre de 900.000 emplois détruits en 2020 de l’Unédic et en ajoutant au nombre de chômeurs de catégorie A fin 2019, soit 3,3 millions, on tombe sur le chiffre suivant : 4,2 millions de chômeurs de catégorie A fin 2020.

Cette donnée ne tient certes pas compte des chômeurs qui retrouveraient, en réalité, une activité partielle, mais elle ne tient pas compte non plus des jeunes arrivant sur le marché du travail. De ce côté-là, le solde moyen entre personnes entrant sur le marché du travail et personnes sortant naturellement du fait de la retraite se situe entre 100.000 et 150.000 par an en France.


A découvrir