La Norvège pourrait se passer de billets et pièces dès 2020

95 %
En Norvège 95% des paiements sont effectués de manière dématérialisée.

Les norvégiens pourraient bientôt oublier le plaisir de retrouver un billet de banque oublié dans une poche de pantalon... car la Norvège pourrait s'affranchir de la monnaie physique d'ici quelques années. La faute à une augmentation importante des transactions dématérialisées dans le pays.

La fin du « portefeuille plein à craquer » ?


L'amélioration et le déploiement de solutions de paiement dématérialisées dans le monde, que ce soit par carte bancaire ou par téléphone mobile, met en « danger » l'avenir de la petite monnaie, des billets de banque et ainsi de suite. C'est en tout cas l'avis d'une association d'établissement financiers norvégienne.


Finans Norge, qui regroupe quelques 200 établissements financiers norvégiens, met l'accent sur le fait que seulement 5% des transactions dans le pays sont encore réalisée en argent liquide. Les cartes bancaires et les nouveaux systèmes de paiement électronique gagnant de l'ampleur, surtout chez la nouvelle génération, l'utilité des billets de banque est remise en cause.


Sur le seul premier trimestre 2014, en Norvège, les paiements par carte bancaire ont été en augmentation de 8,6%. D'ici 2020, dans le pays, la « monnaie » pourrait donc disparaître, devenue désuète.

La France mettra-t-elle aussi un terme au « cash » ?


La question de l'avenir de l'argent liquide ne se pose pas seulement dans le nord de l'Europe mais un peu partout. En 2016, le paiement dématérialisé devrait peser 100 milliards de dollars pour le seul paiement sans contact via NFC.


Du coup, même en France la situation pourrait apparaître, mais pas pour l'instant... en fait, on est loin de ce cas de figure. La réglementation française oblige les commerçants, par exemple, à accepter le liquide en dessous d'une certaine somme.


Il n'empêche que, si on se projette dans un futur un peu plus lointain, peut-être le 22ème siècle, il est évident que l'argent liquide a tendance à disparaître. Et ce dans le monde entier.


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio