Non à la disneylandisation de Notre-Dame de Paris

13 millions
Notre-Dame-de-Paris accueille environ 13 millions de visiteurs chaque
année.

Juste avant de quitter le pouvoir, François Hollande lance un projet architectural des plus inquiétants dans le cœur de Paris : la Mission Île de la Cité. Souhaitons que son successeur, quel qu’il soit, l’enterre illico presto.

Il s’agit de propositions, rien n’est encore arrêté, heureusement, mais il faut néanmoins demeurer méfiant car l’ampleur des moyens mis à la disposition de ce projet indique qu’il pourrait subsister sous une forme ou sous une autre. Il bénéficie d’un site Internet et d’une exposition à la Conciergerie du 15 février au 17 avril.

Ce projet est aussi mené par un architecte star, Dominique Perrault, qui s’est illustré par le ratage de la Bibliothèque nationale de France (les livres stockés dans des tours exposées au soleil et aux écarts de température, une architecture inhumaine, un coût de fonctionnement démesuré, …). Ici il s’en donne à cœur joie et investit l’ensemble de l’Île de la Cité.

Commençons par le plus scandaleux : la pose d’une immense dalle en verre sur le parvis de Notre-Dame. Le parvis actuel pose-t-il un problème ? Nullement. A quoi sert cette scénarisation, qui permettra de marcher en-dessous et dessus ? A installer des boutiques ? Un  McDonald’s ? Pourquoi importer ici l’esthétique de La Défense ?

D’autres défigurations sont également prévues :

- La destruction du bucolique marché aux fleurs pour le remplacer par une serre géante de plusieurs étages, aux formes anguleuses, là aussi importées de La Défense.

- La construction de deux passerelles (comme si l’Île de la Cité manquait de ponts !) de style moderne qui jureront avec les pierres et les bâtiments.

- Les quais éclairés la nuit, pour que la société du spectacle ne s’arrête jamais.

- La construction d’un grand dôme arrondi au-dessus de la préfecture de police.

- Une volonté "d’agrandir par en-dessous" pour creuser des sous-sols et des passages, c’est-à-dire une bétonisation de grande ampleur.

Cette scénarisation tend à faire de Notre-Dame et de l’Île de la Cité une sorte de Disneyland du Vieux Paris, rendu encore plus "vintage" par la débauche de verre, de béton et de sunlight. Il ne faut pas manquer d’exprimer son opposition à ce projet délirant et destructeur.


A découvrir

Philippe Herlin

Philippe Herlin est économiste, Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers, il a publié plusieurs ouvrages chez Eyrolles et rédige des chroniques hebdomadaires pour Goldbroker.

Il écrit tous les vendredis un article sur l'art et la culture vus à travers l'économie, et intervient ponctuellement sur d'autres sujets.

Son site : philippeherlin.com.