Une nouvelle étiquette énergie pour l'électroménager

100 €
Remplacer un lave-linge ancien par un modèle tout neuf pour une
famille nombreuse permet de réaliser près d'une centaine d'euros
d'économies en électricité par an.

Depuis lundi, l'étiquetage obligatoire des appareils électroménagers change de système de mesure de leur consommation d’énergie.

Une nouvelle classification pour mesurer la consommation d'énergie

Terminés les réfrigérateurs, les lave-vaisselle ou les lave-linge A+++ qui nous donnaient bonne conscience, et justifiaient des prix plus élevés que leurs homologues moins vertueux, A, ou A+. L’Europe, à qui l’on doit cette classification, a tout effacé. Désormais la grille d'évaluation des appareils commence à A pour se terminer à G et c'est cette nouvelle étiquette énergie qui entre en vigueur.

Le problème, c’est que les notes ne veulent plus dire la même chose, car les procédures de test ne sont plus les mêmes ! Ainsi, un appareil noté A++ dans l’ancien système peut très bien hériter d’un B ou d’un C. En réalité, il n’y a pas de raison objective de paniquer. Si les grilles ont été réinitialisées, c’est que pour certains appareils, par exemple, les réfrigérateurs et les congélateurs, tout le monde obtenait au moins un A, et les plus vertueux, un triple A.

Des économies à la clé avec des appareils récents

Ce que vous devez en réalité savoir, c’est que vos appareils vieux de 10, ou même 20 ans pour les plus robustes, consomment infiniment plus que leurs homologues d’aujourd’hui. Et même si ce n’est pas évident de prime abord, pour une famille nombreuse, remplacer un lave-linge ancien par un modèle tout neuf permet de réaliser près d’une centaine d’euros d’économies en électricité par an.

Autrement dit, le nouvel appareil est amorti en 3 ou 4 ans, et ensuite, il vous fait faire des économies. En achetant l’appareil avec un crédit à 0 ou 1% sur trois ans,  c’est quasiment une opération blanche : les économies d’électricité réalisées serviront à rembourser les mensualités.

Retrouvez le podcast


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).