Pour les premiers départs en vacances, nouvelle grève à la SNCF

600
600 TGV circuleront ce vendredi, premier jour de départ pour les
vacances d'été.

Quand la grève est finie, elle ne l’est pas tout à fait. Les usagers de la SNCF vont une fois encore subir des perturbations ces vendredi 6 et samedi 7 juillet, premier week-end de départs pour les vacances d’été.

La SNCF sort à peine d’une grève perlée de trois mois que déjà, l’entreprise fait face à un nouveau mouvement. L’intersyndicale a arrêté la grève perlée qui s’est terminée le 28 juin ; mais la CGT et SUD n’entendent pas relâcher la pression et les deux organisations ont lancé un nouvel appel à cesser le travail cette fin de semaine. Ces syndicats ne gagneront pas de concours de popularité auprès des usagers c’est certain, mais peut-être pas non plus chez les cheminots. Car la mobilisation est faible à en croire les prévisions de trafic de la SNCF.

La CGT et SUD en pointe

L’entreprise prévoit ainsi quatre TGV et TER sur cinq, deux trains Intercités sur trois, et trois trains Transilien sur quatre qui circuleront en moyenne ce vendredi. Sur les lignes internationales, la circulations sera normale sur pour l’Eurostar, le Thalys et la liaison France - Espagne, et quasi-normale pour la liaison entre la France et l’Allemagne. Il y aura un Lyria sur deux, et deux trains sur trois sur la liaison France - Italie. « Plus de 600 TGV circuleront chaque jour, vendredi et samedi, avec près de 100% de trains garantis pour les destinations touristiques telles que Paris-Marseille, Paris-Nice, Paris-Montpellier, Paris-Perpignan, Paris-Bordeaux, Paris-Rennes », assure la direction de la SNCF dans un communiqué.

Faible mobilisation à prévoir

Les syndicats SUD et CGT ont décidé de poursuivre leur mobilisation. Le premier pour exiger le retrait de la loi sur la réforme ferroviaire, qui a pourtant été votée et qui sera mise en œuvre dans les prochains mois. La centrale de Montreuil veut quant à elle peser sur les négociations pour la future convention collective qui entrera en vigueur en 2020. La CGT veut également une amélioration des conditions de travail ainsi qu’une augmentation générale des salaires. 


A découvrir