Une nouvelle taxe hier, une nouvelle taxe aujourd'hui : et demain ?

100
Plus d'une centaine d'impôts ont été augmentés ou créés sous le mandat
de François Hollande, en deux ans et demi.

Au début, on a titré "la nouvelle taxe de la semaine" pour s'amuser un peu, parce que pas une semaine ne passait sans que le chef de l'Etat, le gouvernement, ou les députés de la majorité, n'annoncent la création d'une nouvelle taxe. Mais ce qui n'était qu'un gag est devenu aujourd'hui affreusement sérieux. Ceux qui nous dirigent voudraient attiser les feux du ras-le-bol fiscal dénoncé voici déjà plus d'un an par Pierre Moscovici, ministre du Budget, qu'ils ne s'y prendraient pas autrement. Est ce à cause du si souvent dénoncé aveuglement de la France d'en haut, ou bien simplement une tentative vaine et désespérée d'éviter l'inéluctable explosion du système ? 

 

 Je me rappelle encore le cours d'histoire de CM2, où l'on nous avait raconté l'instauration sous la Révolution française d'un impôt sur les portes et fenêtres. Un impôt juste m'sieurs dames, puisqu'il frappait sévèrement les riches bourgeois -les aristocrates ayant déjà été raccourcis- aux opulentes demeures. Plus on avait de fenêtres - et donc de carreaux aux fenêtres, coûteux - plus on était bien portant, plus il fallait payer. 

L'impôt fût supprimé en... 1926, non sans avoir condamné des dizaines de millions de français à vivre pendant des décennies dans des logements mal aérés et mal éclairés, puisque les plus pauvres - et leurs propriétaires- limitaient le nombre d'ouvertures pour limiter leur exposition à l'impôt. Ce sont les hygiénistes qui ont du convaincre le gouvernement d'alors de supprimer cette taxe débile, dénoncé par Victor Hugo dans les Misérables « Mes très chers frères, mes bons amis, il y a en France treize cent vingt mille maisons de paysans qui n'ont que trois ouvertures, dix-huit cent dix-sept mille qui ont deux ouvertures, la porte et une fenêtre, et enfin trois cent quarante-six mille cabanes qui n'ont qu'une ouverture, la porte. Et cela, à cause d'une chose qu'on appelle l'impôt des portes et fenêtres. Mettez-moi de pauvres familles, des vieilles femmes, des petits enfants, dans ces logis-là, et voyez les fièvres et les maladies. Hélas ! Dieu donne l'air aux hommes, la loi le leur vend. »

Cet exemple extrème des conséquences délétères d'un impôt aberrant et injuste n'a pourtant pas suffit. L'imagination est toujours au pouvoir. François Hollande ne nous a-t-il pas promis un "choc de simplification ?" Pas un jour ne passe  sans que l'on nous invente une nouvelle taxe abracadabrantesque. Comment peut-on ainsi imaginer sérieusement vouloir lever une taxe sur les cartouches d'encre et les toners d'imprimantes, pour financer le Centre National du Livre ? Pourtant, c'était bien une des "pistes de réflexion" du ministère de la Culture, et Fleur Pellerin en a parlé tout à fait librement dans un colloque il y a quinze jours, sans que l'idée ne la heurte. 

L'indispensable redevance audiovisuelle...

Pour lire la suite de cet éditorial chez notre partenaire Yahoo! Finance, cliquez ici 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).