Nul. The changement climatique is coming, ou le degré 0 de l'écologie

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

La dernière vidéo de Brune Poirson la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique est au premier abord « drôle »… Oui, même un secrétaire d’Etat a le droit de s’amuser et de faire de l’humour.

Elle vient donc de publier une « fausse » bande annonce sur le changement climatique.

  Vidéo intégrée Brune Poirson   ?@brunepoirson    

[Attention potentiel spoiler si vous n’êtes pas à jour]

L’hiver est bien là et pour l’endiguer il ne faut pas se diviser. Un seul moyen : s’unir ?????

  947 14:15 - 14 avr. 2019   628 personnes parlent à ce sujet   Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité     Pourquoi pas.

Mais, cela ne doit pas occulter les véritables problèmes ce qui est évidemment le cas, car au-delà du premier abord, tout est réduit aux mantras de rigueurs.

Le changement climatique c’est pas bien.
Faut s’unir contre le mal absolu.
Il faut lutter contre lui… et on enchaîne tous les poncifs sans aucun argument scientifique, sans aucune mise en perspective, aucune analyse, aucun élément factuel, rien. Rien. Le néant intellectuel.

Nous allons donc lutter contre le mal absolu, et je suis persuadé que pour être sûr de repousser le mal qui nous attaque, nous saurons lancer une nouvelle offensive de taxes et autres impôts nouveaux… comprenez ma pauvre Lucette, c’est en prenant vos sous qu’on repoussera le mal.

C’est bon, on a compris… Fatigant et triste.

Alors voici quelques pistes non exhaustives pour parler un peu d’écologie, la vraie celle qui relève les paradoxes.

1/ Interdire les voyages en avion (pas de pot catalytique) pour que le bobo du 7ème arrondissement puisse aller se faire bronzer l’arrière train à Bali…

2/ Interdire les canons à neige dans toutes les stations de ski, et imposer un tarif supérieur à l’électricité touristique consommée dans les stations puisqu’il s’agit-là d’une dépense non indispensable quand on est un bobo du 7ème qui vient dévaler les pentes des Alpes en venant en 4×4 ou SUV polluer les vallées dans les bouchons, pour skier sur de la neige artificielle dans des clubs surchauffés… Bref, mauvais bilan carbone du bobo…

3/ Et quand notre bobo du 7ème part en croisière sur son Costa (ou autre compagnie) il pollue un tantinet également, surtout quand il se rend en avion au point de départ. Là il a tout faux notre bobo (du 7ème).

4/ Interdire à tous les jeunes qui manifestent « pour sauver le climat » parce qu’on leur a dit d’aller « manifester » pour le climat, que défendre la planète avec une bouteille de coca à la main, des godasses made in China aux pieds, un tee-shirt indien un i-phone dernier cri à l’oreille fabriqué par des petits enfants à l’autre bout de la planète, transporté par cargo ou avion sur 15 000 kilomètres après avoir ravagé la planète pour extraire les terres rares nécessaires à leur fabrication serait une démarche intéressante.

5/ Interdire et fermer l’ensemble des grandes surfaces pour éviter les déplacements en voiture de milliers de gens qui se rendent dans les périphéries des grandes villes pour privilégier uniquement des points d’approvisionnement de proximité.

6/ Interdire l’idéologie « environnementaliste »

7/ Interdire la « propagande »…

Nous avons interdit le gaucho !

Je ne parle pas des communistes évidemment, mais du pesticide toxique.

Vous savez le gaucho tueur d’abeilles. Verboten, interdit.

J’en discutais ce week-end avec un ami exploitant agricole qui s’intéresse évidemment bigrement à tous ces sujets-là.

Il me tenait le raisonnement suivant plein de bon sens et d’une logique imparable :

Nous voulons sauver les abeilles et en tant que paysan je ne veux pas tuer les abeilles… je n’ai rien contre les abeilles, j’aime les abeilles. Nous allons tous les deux lancer un pin’s « I love les abeilles » à moins que ce soit un petit ruban jaune et noir « save the abeilles »… avec un abeillethon sur France Télévision…

Bien donc étape 1 nous sommes tous d’accord pour sauver les abeilles (je précise pour notre secrétaire d’Etat et sa bande annonce).

Etape 2, notre ami nous précise au passage (ce que je ne savais pas n’étant pas un pro de la culture de la betterave) « Charles, tu sais, une betterave ça n’a pas de fleur… et je vais t’apprendre un truc hallucinant… une abeille ça butine les fleurs… pas les plantes vertes. Donc il n’y a pas d’abeille sur les betteraves (sauf celle qui vient se perdre parce que son GPS est tombé en panne).

Avant que l’on interdise le gaucho (pas les communistes, ni les socialistes d’ailleurs), on enrobait les graines de betterave dans une pellicule de gaucho mais en usine et sur la graine. Avec ces graines de betterave enrobées de gaucho le pesticide était directement sur la graine, il n’y avait pas besoin de pulvérisation atmosphérique toujours mauvaise pour tous les êtres vivants aux alentours.

Abeilles butiner sur fleurs et betteraves pas faire fleur (c’est pour Brune…)

Reprenons à ce stade du raisonnement.

Les abeilles butinent des trucs en fleurs et les betteraves n’ont pas de fleur donc les abeilles ne peuvent pas les butiner, et comme les pesticides ne sont pas « pulvérisés » mais « enrobés » les risques de tuer les abeilles sont faibles.

Mais, il y a le colza. C’est beau le colza, et ça fait plein de fleurs jaunes. Et ça les abeilles adorent, elles butinent les fleurs de colza. Ca serait donc bien d’éviter le gaucho sur le colza… a priori en tous cas.

On pourrait par exemple dire, pas de gaucho sur le colza (fleurs abeilles butinent machin toussa) mais gaucho enrobé sur les betteraves (pas de fleur pas d’abeilles machin toussa).

Le mieux serait rien évidemment, mais nous ne passerons pas de tout à rien en un claquement de doigt. Il faut assurer la sécurité alimentaire du pays, il faut introduire de nouvelles manières de travailler, de nouvelles pratiques, former, expliquer, convaincre, tout cela prend du temps.

Quelques infos et sources. Les pucerons sur les Betteraves ici, ou la baisse des rendements ici, ou encore le fait que la mortalité des abeilles n’est pas lié au gaucho (exclusivement) mais multifactorielle confirmé par la Cour de Cassation ici.

Sur le côté multifactoriel, vous pourrez relire ou lire cet article que j’avais fait suite à la visite des Ruchers de Normandie où Florent l’apiculteur avait déjà parfaitement conscience en 2015 il y a 4 ans donc, de cette situation et l’expliquait très bien. Son principal problème c’était et c’est toujours le Varroa. Toutes les explications et le reportage ici en images.

Mais nous sommes en France.

La politique c’est de l’idéologie pas les bonnes décisions

Nous avons donc interdit le gaucho pour tout et à tout jamais.

Mais… le gaucho était « utile », car si pas gaucho pas betterave car betterave mangée par pucerons… si pucerons manger betterave, nous pas avoir sucre.

Comme nous consommer beaucoup sucre… nous importer sucre de pays qui utilisent gaucho et tuent les abeilles !!!

Nous perdons donc notre indépendance sucrière (et oui).

Du coup, dans le dos des écolos qui sont contents d’avoir obtenu la peau du gaucho, on vient d’autoriser le Teppeki… un autre produit vachement bon pour la santé, que l’on aura le droit de pulvériser directement sur les betteraves quand les pieds auront 6 feuilles… Le Teppeki, ici sa fiche officielle où il est écrit « dangereux pour les abeilles en toutes lettres », en plus il sera « aspergé », mais tout va bien!! Sur le site du fabricant Belchim.be ici on vous donne les distances de sécurité des zones tampons.

Vous apprendrez que le Teppeki est « miscible avec tous les produits phytopharmaceutiques », ce qui veut dire qu’il peut être mélangé à tous les autres produits, ce qui va constituer des « soupes » chimiques individuelles non testées par définition en labo le tout aspergeant des terres spécifiques, avec un climat spécifique avec un historique de traitement spécifique à chaque champs sur les 50 dernières années. En clair, on NE PEUT pas savoir quel mélange de molécules chimiques est créé sur tel ou tel endroit et encore moins tester ses effets en laboratoire tant les combinaisons sont nombreuses.

Cela dit on devrait tout de même essayer de faire ce travail plutôt que de faire comme les trois singes (celui qui ne voit rien, celui qui n’entend rien et celui qui ne dit rien!!!)

Nous parlons de pulvérisation, pas d’un enrobage… évidemment l’enrobage ce n’est pas bien. Le mieux serait rien. Mais parfois on ne sait pas faire sans rien ! Et dans ce cas, mieux vaut évidemment un mauvais produit dans un enrobage qui ne se promène pas au grès du vent, qu’une bonne dose de pesticide pulvérisé dans les naseaux de tout le voisinage, veaux, vaches, cochons, abeilles et humains inclus.

L’écologie est une chose terriblement complexe.

Les sujets sont vastes, l’écologie ne se saucissonne pas, elle se réduit encore moins à une vision fiscale. L’écologie consiste évidemment à remettre à plat l’ensemble de notre système économique, l’ensemble de nos usages, l’ensemble de nos modes de production.

Il ne peut pas y avoir d’écologie avec la mondialisation qui consiste par définition à créer des circuits longs au lieu de privilégier les circuits courts.

Il ne peut pas y avoir d’écologie avec un système économique basé sur le toujours plus, sur l’obsolescence programmée ou sur le tout jetable.

Il ne peut pas y avoir d’écologie quand partir en vacances en République Dominicaine à 8 000 kilomètres coûte moins cher que d’aller sur la Côte d’Azur à 800 kilomètres, parce qu’ici il y a des péages et des taxes sur l’essence alors que le kérosène est presque gratuit pour les compagnies aériennes, qu’ici il y a le SMIC et une protection sociale (encore mais plus pour longtemps) alors que là-bas, les petites mains sont payées trois fois rien.

Alors la Brune Poirson peut toujours faire son cinéma, mais ce n’est là que l’écume des choses, de la communication, de la propagande.

On ne parle pas à l’intelligence, on ne pose pas les vrais sujets, on les évite, on n’argumente pas, on réduit tout le message à l’émotion, on fait « peur », on oppose un soit disant gentil qui obéirait aveuglément au gouvernement aux affreux méchants…

Tout cela est bien pathétique et révélateur du fonctionnement dans lequel on veut enfermer le citoyen qui ne doit plus penser.

Etre c’est penser d’où la célèbre phrase « je pense donc je suis »… Ne cessons jamais de penser. Soyons subversifs. Pensons pour être.

Je ne prétends donc pas avoir raison, mais avoir partagé avec vous des éléments de réflexion et d’analyse afin d’alimenter un débat, pour que chacun des citoyens puisse participer et se saisir des débats de façon éclairé.

Nous méritons tous beaucoup mieux que de pauvres copies de bandes annonces.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.