OpenBazaar, l'eBay qui ne peut pas être censuré ni éliminé, est arrivé

100 MILLIONS $
Lors de la fermeture de SilkRoad, le FBI a saisi plus de 100 millions
de dollars en Bitcoins

Le FBI, la CIA, Amazon, eBay et toute une série d'autres entités diverses et variées ont peut-être des soucis à se faire : OpenBazaar a ouvert ses portes lundi 4 avril 2016. Il s'agit d'un simple marketplace façon eBay où tout un chacun peut vendre ce qu'il veut. Sauf qu'il a plusieurs particularités et que lors de sa création il se nommait "DarkMarket" et qu'il se voulait le digne successeur de "Silk Road", le marketplace présent sur le DarkWeb connu pour être une plaque tournante de la drogue sur Internet.

OpenBazaar : révolution ou simple évolution de Silk Road ?

Brian Hoffman est à l'origine de cette nouvelle plateforme de vente sur Internet qui a de quoi inquiéter les autorités : lorsqu'elle a été imaginée il s'agissait d'une réponse à la fermeture, par le FBI en 2013, de Silk Road. On était en 2014, OpenBazaar s'appelait alors DarkMarket et le nom était tout un programme. Mais, forcément, avec une telle origine louche les investisseurs n'auraient pas été au rendez-vous.

Heureusement pour son créateur, il a réussi à convaincre qu'il ne tentait pas de faire quelque chose de mauavais ce qui lui aura permis de lever près d'un million de dollars en juin 2015. Neuf mois après, voilà que cette nouvelle plateforme ouvre ses portes et qu'elle pourrait bien faire fureur. En tout cas, elle inquiète.

Anonyme, impossible à tracer, dématérialisé, sans censure...

Si OpenBazaar inquiète c'est qu'il promet tout ce que les défenseurs d'un Internet totalement libre ont toujours espéré : un marketplace où l'anonymat serait totalement garanti. Et ça commence par les transactions : elles ne se font qu'en Bitcoins, monnaie virtuelle déjà largement mise en cause dans des affaires louches, à commencer par Silk Road.

Mais ce n'est pas tout : OpenBazaar "n'existe pas". Il n'y a pas, comme chez Amazon ou eBay, des serveurs sur lesquels le site est hébergé : le marketplace est totalement décentralisé car il se base sur le téléchargement d'un logiciel. Le système est donc basé sur le concept du peer-to-peer comme l'est le réseau Torrent ou eMule. Il sera donc impossible de le censurer ou de l'éliminer car, pour ce faire, les autorités devraient arrêter l'ensemble des utilisateurs.

Et selon le blog d'OpenBazaar, pas moins de 25 000 téléchargements ont eu lieu lors de la période d'essai, soit avant sa véritable ouverture.


A découvrir